Richard Caisse

Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...

Son blog
4 abonnés FOOLS OF TIME
Voir tous
  • Contes de la folie extra-ordinaire

    Par
    Un théâtre troublant, déstabilisant, éprouvant aussi (Crédit photo : Stéphane Jacquemin) Un théâtre troublant, déstabilisant, éprouvant aussi (Crédit photo : Stéphane Jacquemin)
    La dernière de "Dementia Praecox", étonnant spectacle créé par le théâtre laboratoire Elizabeth Czerczuk, a eu lieu samedi à Paris. Après six mois d’évolution, ce tourbillon scénique bouscule les conventions théâtrales et redessine les rapports entre salle et scène. On attend la suite du projet avec impatience.
  • THEATRE Face à ce qui se dérobe

    Par
    Manuscrit envoyé à son éditeur par un Stefan Zweig à la veille de son suicide, "Le Monde d’hier" pose, en 1942, un regard désespéré sur une civilisation européenne vaincue par l’incurie politique et la violence. Signée Laurent Seksik et interprétée par Jérôme Kircher, son adaptation relevait de la gageure. Jouée au théâtre des Mathurins à Paris, la pièce est à la hauteur du texte original.
  • THEATRE Fou de toi !

    Par
    "Amok" est une nouvelle à part dans l’œuvre de l’écrivain autrichien Stefan Zweig. Peut-être la plus belle, en tous cas la plus maladivement fiévreuse, la plus follement lucide aussi. Son adaptation scénique présentée à Paris par et avec un Alexis Montcorgé à la double casquette – à la fois adaptateur et seul acteur sur le plateau – relève le défi.
  • CINEMA Jouer sa vie

    Par
    Premier film du journaliste François Ruffin, "Merci patron !" est une bombe à fragmentation. Guidage laser et charge à l’humour enrichi pour une farce sociale qui cible l’idéologie libérale dominante. Mais derrière la rigolade et la dérision, certains jouent leur vie. Au propre, comme au figuré…
  • THEATRE D'un monde finissant

    Par
    L’idée d’une civilisation cédant face à l’individualisme et la barbarie a conduit l’écrivain autrichien Stefan Zweig au suicide. Cette désespérance est au cœur de son ultime nouvelle, Le joueur d’échecs, adaptée par Eric-Emmanuel Schmitt et jouée par un impressionnant Francis Huster.