Richard Caisse
Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juin 2014

OPERA Vertige du baroque

L’histoire plonge ses racines dans une Rome antique, livresque et fantasmée. L’opéra lui-même est à peine plus récent que l’invention de l’impôt. Quant à la partition, elle est parcellaire, croisement improbable de copies où diverses plumes n’ont pas hésité à combler les manques laissés par le passage du temps.

Richard Caisse
Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une mise en scène dépouillée à l'extrême.

Légitimement, une question se pose. En quoi Le Couronnement de Poppée , l’opéra de Claudio Monteverdi présenté actuellement au Palais Garnier à Paris, peut-il bien nous parler ? Nous parler de nous ? Nous parler de nous, aujourd’hui ?

Héroïsme, cynisme, devoir, trahison, fidélité, passion, ambition, pouvoir absolu, rébellion, complot, bouffonnerie, travestissement… Si le matériel musical retrouvé paraît bien succinct (1), le livret écrit par Busenello, lui, foisonne. Trop sans doute, tant l’esthétique de l’ère baroque et son goût pour les contrastes sont désormais tellement éloignés de notre approche moderne.

On peut déplorer le type de mise en scène dépouillée à l’extrême voulue par Robert Wilson (2) et, plus encore, son caractère systématique, réalisation après réalisation. Mais, s’agissant de Poppée, son travail a, au moins, un mérite. Celui d’oser une traduction, comme des notes de bas de page tenteraient de le faire pour expliquer un trait d’humour devenu incompréhensible dans une pièce de William Shakespeare ou de John Donne.

Mais, même stylisé, que retirer de ce carrousel d’émotions et d’états, de dialogues entre déesses et simples mortels, de jeux de rôles improbables entre petits pages et puissants personnages ?

L’étonnante circulation du désir

D’abord, la peinture du cynisme du pouvoir. Le despote Néron se passe de tout oripeau ou faux fuyant. Là, nul besoin de communicants ou d’éléments de langage. Au même titre que la mise en scène de Wilson, il est débarrassé de la gangue des apparences. « La raison impose des règles rigoureuses à ceux qui obéissent, non à ceux qui commandent », assène-t-il sans ciller au philosophe Sénèque, son ancien précepteur. L’actualité politique récente en France montre combien, même dans un régime politique bien différent, cette approche-là rencontre encore de vigoureuses harmoniques…

Ensuite, face à une telle conception et – la suite de l’opéra de Monteverdi le montre – une telle pratique du pouvoir, une figure se dresse. Celle de Sénèque, l’intellectuel résistant. Le clerc qui, obstinément, rappelle  le dirigeant à ses devoirs. « L’acte injuste n’est pas sans risques », lance-t-il notamment à un Néron excédé. Au-delà de la justesse du propos, une telle formulation n’est évidemment pas anodine. Dès l’acte suivant, Sénèque, ce lanceur d’alerte avant la lettre, payera de sa vie son goût de la vérité...

Enfin, entre la tentation du ’’bon plaisir’’, c’est-à-dire la pratique d’un pouvoir rejetant tout contre-pouvoir, tel que le formule Néron et la position éthique et résistante défendue jusqu’à la mort par Sénèque, il y a l’étonnante circulation du désir. Et ce n’est pas le moindre des enseignements de l’ouvrage de Monteverdi.

S’agissant du Couronnement de Poppée, l’orthodoxie critique claironne de longue date que « ni la Fortune ni la Vertu ne peuvent rivaliser avec l’Amour qui, d’un signe, fait changer le monde. » Mais quel « Amour » ? Celui, charnel, de Néron ? Celui, boursouflé d’arrière-pensées, de Poppée ? Où celui, étonnement versatile d’Ottone pour Poppée d’abord, Drusilla ensuite ? Au point, s’agissant d’Ottone de vouloir tuer la première, sans craindre de faire endosser ensuite la responsabilité de son crime à la seconde.

En ressort ce constat que d’autres – notamment Mozart et son librettiste Lorenzo Da Ponte à l’occasion de Cosi fan tutte – illustreront mieux encore au siècle suivant. Le désir est partout, nullement exclusif, indépendant de son objet et parfaitement imprévisible. Il y a une infinie douleur à le découvrir, que l’on soit empereur ou philosophe…

-------------

(1) Une seule ligne de basse continue, de temps en temps des esquisses de chant à plusieurs voix pour les ritornelli et une ligne vocale.

(2) Un gigantesque plateau fait de larges dalles, quelques rares éléments de décor stylisés, des éclairages souvent crus et une gestuelle robotique. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm