Richard Caisse
Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 oct. 2014

THEATRE Une Tempête de rêve

Novatrice dans son approche musicale de la pièce de Shakespeare, la mise en scène de Ned Grujic et Rafael Bianciotto, actuellement jouée à Paris, donne à entendre un message de concorde et de tolérance.

Richard Caisse
Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un message de tolérance mis en exergue par une mise en scène enthousiaste.

La Tempête est une œuvre à part dans le théâtre de Shakespeare. Sa singularité réside en grande partie dans le fait que la frontière entre le véridique et le fantastique y apparaît constamment poreuse, fuyante, indécise. "Le fantastique est comme en instance d’être vrai et le vrai de devenir fantastique", assure le spécialiste du théâtre élisabéthain Richard Marienstras, regardant La Tempête comme "constitutive d’un monde au statut équivoque" (1).

Dans un tel contexte où le merveilleux donne corps au récit, on ne s’étonnera pas de la place importante accordée au masque (l’accessoire, mais également le genre scénique). On ne s’étonnera pas non plus du recours fréquent à la musique ou aux chansons pour faire avancer directement l’action.

"D’où vient cette musique ? De l’air ou de la terre, interroge ainsi Ferdinand, rescapé du naufrage dans lequel son père Alonso (roi de Naples) et son oncle Sébastien, mais aussi Antonio (duc illégitime de Milan), semblent tous avoir trouvé la mort. Cette musique a glissé vers moi sur les eaux, calmant à la fois leur fureur et ma douleur, poursuit-il. Alors, je l’ai suivie, ou plutôt elle m’a attiré. (…). Cette chanson raconte que mon père s’est noyé. Elle ne vient pas du monde des mortels et ses notes ne sont pas d’ici-bas."

Chasser les brumes de l'ignorance

Du coup, on sera encore moins surpris d’apprendre que La Tempête est l’œuvre de William Shakespeare ayant le plus fréquemment inspiré les musiciens au fil des siècles. Car "la poésie et la musique [y sont] étroitement liées au point de devenir des éléments inséparables", estime le critique D.S. Hoffman (2). Un recensement effectué par nos soins, dans le seul secteur de l’opéra, révèle au moins trente-six œuvres basées sur La Tempête. A titre de comparaison, Roméo et Juliette a fait l’objet de vingt-sept opéras et Le Songe d’une nuit d’été de dix sept.

Aussi, monter efficacement La Tempête, comme le fait la jeune troupe en scène en ce moment au Vingtième Théâtre à Paris, suppose un positionnement original pour la musique dans l’économie générale de la pièce. Et, là, c’est franchement mission accomplie.

Choisissant une approche qui n’est pas sans évoquer celle du metteur en scène britannique Simon McBurney pour sa version de l'opéra de Mozart, La Flûte enchantée, vu en juillet dernier à Aix-en-Provence, Ned Grujic et Rafael Bianciotto confient à l’apport musical de Jean-Luc Priano un rôle moteur, lui faisant même une place sur le plateau, au beau milieu des acteurs.

Incidemment, si l’on en croit le musicologue Winton Dean (3), Mozart avait accepté, juste après la première de La Flûte, un livret basé sur La Tempête. Sa mort, deux mois plus tard, n’a pas permis de se faire une idée de la manière dont il aurait abordé la spécificité de l’opus shakespearien. Mais les deux œuvres offrent tant de points communs que Dean (4) peut même s’amuser à coupler les personnages : Sarastro/Prospero, Pamina/Miranda, Tamino/Ferdinand, Monostratos/Caliban…

Toujours est-il que si McBurney n’a pas hésité à sortir des musiciens de la fosse pour les faire jouer sur scène avec les chanteurs, Grujic et Bianciotto vont plus loin, demandant à des personnages (notamment Prospero, duc de Milan déchu au profit de son frère et réfugié sur l’île où échouent Alonso, Antonio, Sébastien et Ferdinand) de se faire musiciens parmi les musiciens du spectacle.

Ainsi incarnés, percussions, tambourin, cordes, harmonium ou guimbarde donnent-ils un surcroît de prégnance à "cette musique solennelle, grand remède de l’esprit qui s’égare, selon la définition de Prospero. "Le charme se dissipe doucement et à mesure que le matin gagne sur la nuit, dissolvant l’obscurité, leurs sens s’éveillent et commencent à chasser les brumes de l’ignorance", poursuit-il, après avoir longtemps hésité quand la vengeance était à portée de main, puis choisi d’aller vers la lumière et le pardon.

L'union des enfants, Ferdinand (fils d’Alonso) et Miranda (fille de Prospero), scellera symboliquement cette volonté d'aller vers la concorde. Souligné par un emploi innovant de la musique, c’est ce message de tolérance que cette mise en scène enthousiaste a choisi de mettre en exergue. A voir, absolument.

------------

(1) Richard Marienstras, Le Proche et le Lointain, Editions de Minuit, Paris : 1981, p. 241.

(2) D.S. Hoffman, "Some shakespearian music, 1660-1900", Shakespeare Survey, N° 18, Cambridge University Press, Londres : 1965, p. 98.

(3) Winton Dean, "Shakespeare in the opera house", Shakespeare Survey, N° 18, Cambridge University Press, Londres : 1965, p. 75.

(4) Dean, op. cit, p. 76.

------------

  • La Tempête de William Shakespeare, mise en scène Ned Grujic et Rafael Bianciotto, Vingtième Théâtre (7 rue des Platrières, 75020 Paris).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi