Richard Caisse
Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 oct. 2014

THEATRE Une violence si distinguée

Le chant doucement désespéré du théâtre de Harold Pinter résonne actuellement sur la scène parisienne. Leçon de vie et d’élégance face au drame, à la trahison et à la folie. L’occasion de voir deux mises en scène épatantes.

Richard Caisse
Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Harold Pinter : " Un langage où autre chose est dit sous ce qui est dit ".

Il en va du contrôle des émotions comme de l’art de boire un scotch. L’élégance réside dans la maîtrise de la violence, dans l’apparence du détachement quand l’intérieur brûle. Chez Harold Pinter, l’un va rarement sans l’autre. De façon très différente, Trahisons, pièce sur laquelle le rideau vient de tomber au Vieux-colombier, ou Dispersion, actuellement jouée au théâtre de l’Oeuvre, illustrent ce trait caractéristique pintérien.

Entre ces deux textes, il y a des similitudes qui n’en sont pas. A commencer par la présence du trio classique du drame bourgeois : le mari, l’épouse et l’amant. D’un côté, Robert/Emma/Jerry. De l’autre, Devlin/Rebecca/Le type. Sauf que dans le second cas, l’amant est au choix un fantasme, un pur désir, un manque, un rêve ou un cauchemar. Pas une présence charnelle à la fois naïve et sensuelle, tel Jerry dans Trahisons. Plutôt une ombre, infiniment plus troublante.

Il y a aussi – et surtout – de vraies ressemblances. Ces vies minuscules qui, au détour de quelques répliques en apparence distanciées et d’une effroyable banalité, ouvrent sur l’abîme. L’effroi devant le vide et la mort. " Nous n’allons rien faire du tout. Ni toi, ni moi. Mon ménage est tombé à l’eau. Il faut que je prenne des dispositions adéquates. Voilà tout ", lâche ainsi Robert à Jerry, son meilleur ami également amant de sa femme, quand ce dernier l’interroge sur les conséquences liées à la mise au jour de cette aventure extraconjugale.

Confession chaotique et lacunaire

" Je ne pense pas qu’on puisse recommencer ", assure de son côté Rebecca, alors que son mari, Devlin, tente de la tirer hors de ces " sables mouvants " mentaux dans lesquels elle s’enfonce inexorablement. " Il y a longtemps que nous avons… commencé. On ne peut pas commencer encore. On peut finir encore (…). On peut finir une fois et puis finir encore. "

Quand tout s’écroule, quand la douleur vécue ou fantasmée (Rebecca évoque un amant bourreau, des bébés arrachés à leurs mères, des quais de gares aux allures de départ vers un camp aux relents sinistres, avant de confier : " Rien ne m’est jamais arrivé. Rien n’est jamais arrivé à aucun de mes amis. Je n’ai jamais souffert. Ni moi, ni mes amis "), brouille les frontières entre amour, souillure et culpabilité, reste l’apparence. Un regard, un port de tête, un simple mouvement esquissé de la main. Une ellipse, un long silence aussi. Pinter fait d’ailleurs de ce dernier un usage intensif et quasiment musical. Autant de barrages dérisoires pour tenter d’affronter la violence du mal et résister à sa brûlure.

Trahisons comme Dispersion donnent à voir, entendre et ressentir physiquement la chronique de ce combat contre le néant que l’on sent perdu d’avance. Ainsi dans Trahisons, une trouvaille de l’auteur (faire débuter la pièce par la fin, puis remonter jusqu’aux débuts de la relation Emma/Jerry) vient-elle souligner la nature implacable du processus. D’entrée, on sait qu’il ne se passera rien.

De même, dans Dispersion, les minutes de la confession chaotique et lacunaire de Rebecca sont-elles illustrées phoniquement par le cliquetis entêtant d’une machine à écrire. Choisissant le ton de l’interrogatoire policier ponctué de " Tu veux dire que… " ou de " On reprend à zéro…", Devlin, interprété par un Gérard Desarthe dont le " look " patibulaire évoque celui de l’auteur de roman noir américain James Ellroy, entreprend de sauver des cendres ce qui lui semble encore pouvoir l’être.

Ce faisant, il fait entendre " un langage où autre chose est dit sous ce qui est dit", pour reprendre une formulation de Pinter lui-même à l’occasion d’un discours prononcé en 1962 à Bristol. Alors que faut-il donc entendre ici et là ? Sans doute, une tentative de distanciation par rapport à des événements qu’on se sait incapable de maîtriser, le tout drapé dans une légèreté de ton et un humour seuls capables de ne pas rendre le tableau totalement insupportable. Une forme de distinction, en somme.

------------

  • Trahisons de Harold Pinter, mise en scène Frédéric Bélier-Garcia, Comédie Française (Théâtre du Vieux-colombier, Paris).
  • Dispersion de Harold Pinter, mise en scène Gérard Desarthe, Théâtre de l’Oeuvre (Paris), jusqu’au 14 novembre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871