Les Gilets Jaunes s’assemblent en pleine crise sociale. Convergence possible?

Après un an de luttes, la quatrième Assemblée des Assembles (ADA4) des Gilets Jaunes va bel et bien avoir lieu comme prévu le 1-2-3 novembre, ici à Montpellier, malgré des problèmes d'ordre interne. et la difficulté de trouver un lieu. L'auteur – Gilet Jaune à Montpellier depuis décembre 2018 – transmet à titre personnel ses impressions sur la préparations de l'ADA4.

Commençons par la bonne nouvelle: l’Assemblée des Assembles IV (ADA4) des Gilets Jaunes va bel et bien avoir lieu comme prévu, le 1-2-3 novembre ici à Montpellier. Cela se fera avec la participation de tous les groupes GJ montpelliérains qui jusqu’ici se chamaillaient, ce qui avait donné naissance à des tas de rumeurs décourageantes et exagérées qui ont circulé un peu partout.

De fait, maintenant que nous nous sommes mis d’accord pour travailler tous ensemble, une bonne base existe pour recevoir à Montpellier les délégué.es des ronds points et collectifs GJ de France . Alors, allez-y les Jaunes. 

Voici le lien https://www.weezevent.com/ada4 [Normalement les inscriptions se ferment le 22 octobre, mais on nous assure qu’elles resteront ouvertes plus longtemps. ]

                                      Eléments  positifs

D’une part, le collectif qui travaille depuis Juillet sur l’infrastructure de la ADA4 s’est rajeuni avec de nouveaux membres, et il vient de lancer son outil informatique où vous pouvez vous inscrire et participer à la discussion dès maintenant. D’autre part il y a les autres groupes de la région – l’AG du Rond Point du Près d’Arènes, Convergence34, ainsi que l’Intergroupe qui comprend une quinzaine d’AG du département de l’Hérault et environs.

Nous avons travaillé pendant tout l'été pour nous coordonner entre nous, pour maintenir une présence GJ sur les ronds-points, autour des péages, et tous les samedis dans Montpellier avec des manifestions (souvent durement réprimées), ainsi que pour converger avec d’autres mouvements sociaux – intervenant dans les luttes d’enseignant.es, d’urgentistes, et manifestant avec les écologistes.

Donc, malgré nos différences (et malgré le déclin général d’activités GJ en France pendant l’été) nos mouvements locaux sont généralement vaillants et sains et les inscriptions à l’ADA4 commencent à monter.

                                La division : notre pire ennemi

Le problème ici a été celui du comportement sectaire qui s’est développé entre deux factions, ou plutôt entre des militant.es dominant.es dans chacun des groupes. Je ne rentrerai pas dans les détails, mais dès juillet dernier il y a eu des luttes de pouvoir – déguisées en divergences idéologies confuses et exprimées en scissions, injures, calomnies et exclusions mutuelles autour de l’organisation de l’ADA4.

Comme j’avais un pied dans les deux camps j’ai essayé, avec d’autres, de surmonter ces divisions sectaires. Pas facile de les concilier. De mon point de vue de vieux militant international, cela ressemblait péniblement aux vieilles querelles entre groupuscules de gauche, avec d’un côté un chefton “charismatique” et irresponsable qui prétendait parler pour le groupe qui avait brigué le mandat d’organiser l’ADA et qui voulait le monopoliser ; l’autre côté ceux qui dénonçaient leur sectarisme dans de longues mails polémiques pleins de sarcasmes et de ressentiment. Guéguerre entre le style fou anar versus le style précis trotskoide. Rien à voir avec le style Gilets Jaunes de respect, tolérance, ouverture, consensus! 

Heureusement, que le bon sens de la base Gilet Jaune dans les deux groupes a fini par triompher à la fin, et nous repartons ensemble plus uni.es. Nous tournons donc cette page pénible et oublions des récriminations qui, sous forme de rumeurs souvent confuses, ont circulé dans d’autres régions et qui ont pu décourager pas mal de gens.

Oubliez-les donc, vous aussi, et venez à Montpellier prendre possession de cette ADA4 qui est à tous et toutes! Elle sera ce que nous, les assistant.es et délégué.es en feront. Elle arrive à un moment de crise sociale grave où l’arrogance de Macron, qui s’attaque maintenant aux retraites et ose gazer les pompiers qui manifestent, a tourné le pays contre lui, provoquant la convergence des luttes sociales de toutes les secteurs de la société française. Retraités, travailleurs syndiqués, écologistes, jeunes, enseignants, fonctionnaires, professions libérales tous se réveillent, s’organisent.

                                  On peut changer l'histoire                                                               

Si ces mouvements convergent, s’unissent, la grève reconductible annoncée pour le 5 décembre par une variété de syndicats risque de se transformer en grève générale pour bloquer le pays et faire reculer la Macronie – notre but “irréaliste” de Gilets Jaunes depuis bientôt un an! Et quand, inévitablement, les dirigeants syndicaux interviendront pour négocier avec le gouvernement la liquidation de cette insurrection comme ils ont fait en 1995, 1968, 1945 et 1936 des milliers de Gilets Jaunes seront là pour les dénoncer et scander : « On est là ! On est là ! et On ne rentre pas ! »

Venez donc avec les vôtres, prêt.es à exercer vos mandats. Et dans les 10 jours qui viennent, encouragez les autres groupes Gilets Jaunes que vous connaissez de se réunir à Montpellier. A cet appel enthousiaste, j’ajoute un bémol :

 L’équipe qui a mis en place la structure actuelle de l’ADA4 a voulu, pour des raisons sécuritaires et autre, limiter les débats par rapport à la structure de l’ADA3 (Monceaux les Mines). Par exemple, en formulant les thématiques ils ont trouvé bon de censurer le mot « capitalisme». De même, les séances plénières traditionnelles (là où, par exemple, on pourrait discuter et voter un appel Gilets Jaunes à rejoindre la mobilisation nationale du 5 décembre) ont été réduites ou supprimées… comme vous le verrez en parcourant le site https://www.weezevent.com/ada4 .

Ne vous en faites pas. Une fois sur place, l’Assemblée des Assemblées deviendra souveraine et on pourra immédiatement voter pour élargir le débat. Sinon avant. Plusieurs groupes le demandent déjà, et c’est le mandat explicite des délégué.es de Convergence34 entre autres.

Ne pas se décourager. C’est un moment historique. On surmontera ces obstacles. On ne lâche rien !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.