Richard Greeman

Militant internationaliste, traducteur, écrivain politique

Montpellier (France); New York (USA) - "Le monde est ma patrie" (Thomas Paine)

Sa biographie
Mon éducation politique Depuis mon adolescence je me suis engagé dans les luttes pour la justice sociale et raciale dans les pays ou je me trouvais – Etats-unis, France, Russie, Amérique latine. Parallèlement je me posais la question d’une sortie de cette société capitaliste de guerres, de massacres, de famines, de désastres écologiques. Jeune, j’ai eu la chance de fréquenter des militants aînés, quelques uns vétérans des désastres des Révolutions russe et espagnole ainsi que du Nazisme, théoriciens de haut niveau qui remettaient en question tous les dogmes. Parmi eux Castoriadis, Edgar Morin, et le groupe de Socialisme ou Barbarie en France, Raya Dunayevskaya à Detroit aux US, Vlady Kibalichche (le fils de Victor Serge). J'ai gagné des diplômes de Yale, de Columbia, et de la Sorbonne, mais les groupes politiques étaient mes véritables universités. Avec cette formation critique, je n’ai jamais été tenté de renier les idées socialistes, seuls capables d’expliquer les échecs et erreurs du passé et de nous orienter vers des solutions plus heureuses basées sur nos expériences positives, de la Commune de 1871 à mai 1968 et le printemps 2011. Il faut espérer que les nouvelles générations vont redécouvrir et réinventer en mieux ces traditions, que je défends et élabore. Pour moi, deux idées prédominent, que je partage avec Victor Serge, Rosa Luxembourg, et pas mal d’autres: L’Internationalisme et la tolérance. L’internationalisme s’impose : A l’époque de la mondialisation imposée par les grands groupes capitalistes, seule la solidarité effective des travailleurs et les penseurs de tous les pays peut faire face à la barbarie capitaliste qu’on nous impose. Pour cela, la tolérance s’impose. Sans le respect de l’individu, de l’opinion, sans le libre échange des idées et des informations, les masses ne pourront jamais trouver leur voie indépendante et seront toujours bernées par des chefs fanatiques et par les medias de masse contrôlés ou corrompus. A la place du Parti unique infaillible, je propose la pensée critique et éventuellement une « internationale invisible » tissée de mille liens où les gens pourraient tout discuter et tout décider par eux mêmes. Mon site: https://theinvisibleinternational.wordpress.com/
Son blog
5 abonnés Le blog de Richard Greeman
Voir tous
  • USA: le mouvement "Black Lives" bouleverse la politique

    Par
    George Floyd vit encore. Assassiné par des policiers racistes le 26 mai, Floyd est incarné par le mouvement Black Lives Matter qui depuis trois mois continue à enflammer la pays. En revanche, Donald Trump est déjà politiquement mort – selon les sondages électoraux. Déjà ce dictateur en herbe prépare ouvertement un coup d’état pour saboter les présidentielles de novembre.
  • COVID: Quel camp choisir?

    Par
    Dans quel camp nous situons-nous face à cette pandémie terrifiant qui s’étend à travers la planète en tuant tous les jours de plus en plus de gens – à commencer par les personnels médicaux, les travailleur/euses nécessaires, les pauvres, les discriminés, les faibles ?
  • L’Amérique brûle encore! Chronique du 4 juillet (jour de l’Indépendance américaine)

    Par
    Voici six semaines que l’explosion de soulèvements contre le racisme et la brutalité policière systématique continue à flamber aux États-Unis. Partout les contestataires, noirs et blancs ensemble, descendent spontanément dans la rue pour exiger la justice raciale et sociale ici et maintenant, alors que Trump s'isole et croule dans les sondages.
  • L'Amérique en flammes

    Par
    Dix jours qui ébranlèrent peut-être le monde : Perspective internationaliste en six parties 1.Brèches dans les défenses du système2.Violence et non-violence 3.Convergence de noirs et de blancs dans l’antiracisme 4.Les failles s’ouvrent dans le régime 5.La police : chiens vicieux de la bourgeoisie 6.Fissures dans le mur des militaires 7.Race et classe sociale dans l'histoire des États-Unis
  • Les Gilets Jaunes devant la Convergence

    Par
    Beaucoup de Gilets Jaunes se méfient des syndicats et ont peur de cette fameuse « convergence » – tout en reconnaissant que seule l’unité de tous les mouvements sociaux pourrait renverser le rapport de force entre le gouvernement des 1% les plus riches et les 99% qui ont marre de son arrogance.