Le Syndrome Chinois.

L’arme économique qui fait saliver tous les tenants du Libéralisme d’Etat, du Social Libéralisme, au  National Libéralisme, c’est la gestion de son tiers monde interne, pratiquée en Chine. Le récent « confinement sanitaire », et ses déplacements strictement contrôlés, est une très pâle copie du système chinois, en vigueur depuis 30 ans, mais on doit l’interpréter comme un coup d’essai.

Le Syndrome Chinois.

L’arme économique qui fait saliver tous les tenants du Libéralisme d’Etat, du Social Libéralisme, au  National Libéralisme, c’est la gestion de son tiers monde interne pratiquée en Chine.
La Chine a su depuis 30 ans, confiner les 3/4 de sa population, en imposant des frontières internes, et en n’autorisant les déplacements de travail, que sur convocation d’un employeur, et uniquement entre les provinces et les dortoirs des usines.
La grande fusion en cours des archétypes, Libéralisme d’Etat et Capitalisme d’Etat, butte sur ce mode d’organisation, dont l’adoption ici, bouleverserait les modes de consommation des plus pauvres.
En Chine, le problème a été provisoirement résolu, par la création d’une classe moyenne de 250 millions d’individus, , servant de tampon et de joint d’étanchéité, entre les pauvres et les très riches, a qui on accorde des salaires élevés et un mode de consommation, « à l’occidentale ».
Les travailleurs eux, reçoivent la promesse implicite d’accéder , à un statut similaire, une fois rentrés chez eux, s’ils arrivent à « tenir » assez longtemps, dans leurs sovkhozes industriels privatisés.
Un saupoudrage de Confucianisme là dessus, et en moyenne, les prolos supportent quelques semestres de ce traitement en envoyant leur salaire chez eux, avant de disparaître pour 30% d’entre eux, à chaque retour des fêtes du nouvel an.
La situation européenne est encore très loin de cette efficacité, nos roumains, nos marocains sont aussi « invités »,  « logés »,  et renvoyés chez eux quand la demande baisse, mais ce genre de statut ne représente que moins d’un  dixième du salariat, et pas 70% comme en Chine.
Le récent « confinement sanitaire », et ses déplacements strictement contrôlés, est une très pâle copie du système chinois, mais on doit l’interpréter comme un coup d’essai.
Pour le généraliser et mettre en place un système de ce genre, il faut accentuer la destruction des niveaux de vie des familles, réduire les retraites à une aumône de survie et liquider toute allocation chômage, et surtout fabriquer une nouvelle terreur de remplacement, tout le monde travaille là dessus.
Un gros travail d’accompagnement pour les "copains d'avant", la gauche domestique, l’écologisme d’Etat  et la CFDT.
Si tout se passe mal, le « monde d’après », va nous faire profondément regretter le « monde d’avant ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.