La guerre de classe est déclarée. Mais un des camps préfère l'ignorer.

Comme d'autres avant eux, l'alternative qui se présente aux Gilets Jaunes est de choisir (ou de subir) une Révolution Politique, visant à un contrôle de l'état existant, ou une Révolution Sociale qui détruirait l'état et le pouvoir des Cartels.

Comme d'autres avant eux, l'alternative qui se présente aux Gilets Jaunes est de choisir (ou de subir) une Révolution Politique, visant à un contrôle de l'état existant, ou une Révolution Sociale qui détruirait l'état et le pouvoir des Cartels.
- La Révolution politique est un leurre, par ce que l'état existant, c'est l'état privatisé, au service des cartels industriels, qui ne dispose plus aucun moyen de pression pour imposer quoique ce soit aux bureaucraties économiques.
Ses cadres, politiques culturels ou organisationnels sont TOUS, bénéficiaires et  complices de cette privatisation.
Rien n'est possible dans ce cadre, sauf des mesures qui seront mitterrandisées au bout de quelques mois, pour aboutir au final, à une solution pire que l'actuelle, écœurement en plus.


- La Révolution Sociale, c'est la prise de contrôle des instruments de l'économie, entreprises, banques, caisses sociales, médias, et leur remise en fonctionnement, socialisées.

Il n'y a rien entre ces deux pôles, que des gesticulations, et du carriérisme.

Les GJ, seuls, peuvent servir de marchepied à une nouvelle bureaucratie politique, ils ne sont pas la base sociologique d'une Révolution Sociale.
L'imbécillité bureaucratique est une aide puissante, la guerre de classe est déclarée par Macron, qui voit là la seule et unique façon de sauver son poste, mais pour l'instant seul un camp est en guerre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.