Vers la Guerre, à petits pas

Ce que nous vivons, n'est pas la fin du Capitalisme, qui se porte très bien là ou il continue à concevoir que le "salaire" est son moteur et pas son ennemi, mais juste le glissement vers la guerre.

Ce que nous vivons, n'est pas la fin du Capitalisme, qui se porte très bien là ou il continue à concevoir que le "salaire" est son moteur et pas son ennemi, mais juste le glissement vers la guerre.
Le Libéralisme d'état se transforme à peu près partout en National Libéralisme, et prépare la transformation, de la guerre économique en guerre tout court.
Nous assistons sans la voir, à une Révolution des mode de domination et d'exploitation, et à une lutte pour le pouvoir d'état entre deux formes, désormais,  plus antagoniques que complémentaires du Capitalisme. 
Le Capitalisme de production de bien matériels plonge, tué par ses mécanismes internes et le suicide concurrentiel, alors que le Capitalisme producteur de biens virtuels, voit ses résultats exploser, et sa concentration capitalistique progresser.
Il en est à revendiquer la tutelle sur les états privatisés, qu'il veut récupérer des mains des géants de l'énergie et de la finance.
A chaque fois qu'un changement de paradigme aussi important est intervenu, vapeur-pétrole, pétrole-électricité, on a eu droit à une guerre "mondiale", pour liquider l'appareil de production devenu obsolète, et permettre sa reconstruction à neuf, avec la ressource de la totalité des capacités d'endettement des états.
Les Gafam et les importateurs, gagneront probablement la partie, pour le contrôle des états, ils l'ont déjà gagné culturellement avec l'écologisme, mais le contrôle de la petite bourgeoisie qui vote encore n'est pas suffisant.
Il leur faut détruire l'existant, physique et social, et pour ça il leur faut une guerre entre états, pour éviter une guerre sociale contre eux.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.