Brexit la fausse indignation comme rideau de fumée.

Les bureaucraties politiques et leurs commettants: Les bureaucraties économiques, se foutent des votes des anglais, exactement comme les nôtres se foutent totalement des nôtres.

Brexit la fausse indignation comme rideau de fumée.

Les bureaucraties politiques et leurs commettants: Les bureaucraties économiques, se foutent des votes des anglais, exactement comme les nôtres se foutent totalement des nôtres.

Mais pour sauver le Principe Bureaucratique, il est capital de faire passer cette évidence, pour un dysfonctionnement ponctuel.

L’Economie Gouverne, la Politique ne fait que gérer.

Le honteux Droit de Veto des bureaucraties économiques, n’est inscrit nulle part, et doit rester de l’ordre de l’implicite.

Et quoi de mieux que l’indignation, pour éviter que les causes matérielles, de ce clash soient évoquées ?

Le conflit en Angleterre, se situe entre ce qui reste du Capitalisme de Production, incapable de survivre sans un repli nationaliste et protectionniste, et le Capitalisme de Prédation qui doit son succès aux conditions léonines, que Thatcher à imposé à Mitterrand et à l’Europe, par le chantage et la corruption.

Mitterrand a accepté pour la GB, ce que De Gaulle lui refusait, c’est à dire le rôle de porte container Duty Free pour marchandises chinoises ou produits agricoles du Commonwealth, ce qui a permis aux « libéraux » de se débarrasser du plus gros de l’industrie anglaise. 

Et le Brexit, ce sont les derniers soubresauts de son cadavre.

Des démagogues, ont cru pouvoir améliorer leur position dans la file d’attente pour la gamelle, en se servant des rancœurs des victimes directes du Capitalisme de Prédation, et ça a fonctionné beaucoup mieux que prévu.

Ils doivent maintenant gérer ça, et c’est impossible.
L’Angleterre est un pays industriellement tiers-mondisé, et elle ne redeviendra jamais un pays industrialisé, quel que soit le nombre de dévaluations qu’ils espèrent pouvoir faire.

Quand un Européen, ou un Chinois, pense voiture de luxe, ou haute technologie, il pense Allemagne et pas Angleterre. 

Ca n’est pas une question de coût, c’est une question d’image.

L’Economie, n’est qu’un empilement de prédations, tout ce qui est gagné par une personne, une entreprise ou un cartel économique, national ou non, est volé ailleurs.

L’expédient consistant à améliorer sa compétitivité, en se servant de la monnaie, ne fonctionne que ponctuellement.

L’Angleterre en conservant la Livre, et en restant dans la CEE, ne peut l’utiliser qu’avec parcimonie.
En sortant de l’UE, les plus nuls des barons d’industries Anglais, ceux sont incapables de trouver dans la technologie de quoi imposer leurs productions, espèrent pouvoir renouer avec les dévaluations sans limite.

Le jeu est de conserver le plus possible des passe droits.
Quand un pays ne peut plus rien vendre, il lui reste à vendre sa population de travailleurs, et c’est vers cette tiers-mondisation que conduit le BREXIT.

Ceux qui ont payé plein pot l’adhésion anglaise à la CEE, payeront encore plus pour sa sortie.

Le National Libéralisme importé des USA, est loin de ne sévir qu’en Angleterre, on a les mêmes à la maison.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.