La gauche doit détruire les Gilets Jaunes, ou devenir de gauche.

La gauche est dans l'obligation de tout faire pour disqualifier ce mouvement, par ce qu'il lui rappelle à chaque instant, son bilan réel, et ses écrasantes responsabilités dans le désastre actuel.

La gauche est dans l'obligation de disqualifier ce mouvement, par ce qu'il lui rappelle à chaque instant, son bilan réel, et ses écrasantes responsabilités dans le désastre actuel.
C'est d'autant plus facile, que ce mouvement utilise très peu les codes "de gauche", drapeaux, grands anciens, et crime des crimes, n'évoque pas du tout les mantras, martyrs et textes sacrés que tout le monde à gauche, cite sans les avoir connus ou lus.
Pour une gauche pata-marxiste, on peut être communiste sans le savoir (c'est même plutôt conseillé), mais uniquement si on se place sous la férule d'un bourgeois, traitre à sa classe, et dûment estampillé.
La deuxième raison qui oblige la gauche à offrir ce mouvement au FN, c'est qu'il est majoritairement anti-parlementaire, anti bureaucratique, et que ça, c'est une déclaration de guerre implicite, à tout ce qui reste de son appareil.
Toute contagion de ce mouvement, signerait la fin des sinécures "de gauche", comme de droite, et le retour au travail, de l'oligarchie d'imbéciles qui gère au mieux le Spectacle de leurs oppositions à fleuret moucheté.
Il est très clair que ce mouvement, est électoralement inutilisable par la gauche, qui renonçant à toute lutte sur le terrain, a tout misé sur l'écologisme d'état et le climatisme, alors que la Sarl Le Pen, voit bien ce qu'elle peut tirer, de son apport évident à l'abstentionnisme électoral.
La "gauche" se retrouve clairement dans les jupes de Macron, son avenir électoral dépend complètement de la façon dont il soumettra les GJ.
Cette situation est loin d'être une nouveauté pour les rejetons de la Social Démocratie, qui ont souvent du faire le choix du pire, pour sauver leurs meubles et leur avenir.
Macron a déclaré au pays, une guerre de classe de basse intensité, on sait d'avance dans quel camp notre "gauche" se retrouvera, si ça ne suffit pas à réduire l'insurrection et si l'intensité augmente.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.