L’inévitable fusion RN-LREM.

Entre l’impossible et l’inévitable, il n’y a  qu’un balancement, et il vient de commencer.

L’inévitable fusion RN-LREM.

Entre l’impossible et l’inévitable, il n’y a  qu’un balancement, et il vient de commencer.

 

Le Fascisme, c’est le contrôle de l’Economie, par l’Etat.
Le Libéralisme, c’est le contrôle de l’Etat par l’Economie.
Cette contradiction, n’est que de proclamatoire.
Dans le monde réel, la séparation Etat-Economie n’existe pas, et l’actuelle privatisation de l’Etat à fait tomber les dernières barrières.
L’intégration de l’économique et du politique est achevée.
Ce qui entrave notre vision, c’est l’entonnoir dialectique, qui nous fait voir des oppositions et des synthèses, là ou il n’y a jamais eu que des synthèses différées et des oppositions opportunistes.
Le futur commun, de la fusion impossible et obligatoire RN-LREM, c’est bien évidemment ce qui succèdera à EELV.
L’obscénité de cette fusion inévitable, est à l’origine de l’utilisation massive du rideau de fumée sociétal.
Il faut impérativement masquer, la parfaite identité de vue économico-sociale entre RN et LREM et EELV, par de toutes aussi parfaites, divergences, sur le dérisoire.
Et pourquoi les successeurs d’EELV ?
Ni LREM, ni le RN ne peuvent dominer le ballet, c’est un mouvement utilisant les plus profitable des productions de ces duettistes, qui peut amener au non pouvoir, le National Libéralisme, et noyer sa réalité, sous un nouveau discours de domination.
Et c’est bien du coté d’EELV, qu’on trouve les maîtres incontestés du Sociétal et du rideau de fumée.
Ils sont les inventeurs de l’ « Economie Verte », avant eux, personne n’aurait osé un oxymore pareil.
Ils ont imposé l’écologisme, comme axe central de tout discours politique ET économique.
Et cette fusion des propagandes, des bureaucraties économiques et des bureaucraties politiques, implique, pour de simples raison d’efficacité budgétaires, leur arrivée comme premier larbin possible du Totalitarisme Economique.
Il restera à s’occuper de limiter le nombre des drop-out de la démocratie, et pour limiter vers 50% l’abstention , les noyaux durs des anciennes structures décomposées, feront l’affaire.
Que les malchanceux de l’histoire se rassurent,  il restera donc du travail pour LFI, le FN, ou les « animalistes ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.