Bureaucraties économiques et bureaucratiques politiques, sont sur un bateau.

En économie, comme en politique, le premier principe amoureux, soit le « gagnant-gagnant », ça n’existe pas. Il y a les prédateurs, et les proies, les gagnants, et les perdants.

Bureaucraties économiques et bureaucratiques politiques, sont sur un bateau, la marée baisse.
En économie, comme en politique, le premier principe amoureux, soit le « gagnant-gagnant », ça n’existe pas.
Ils y a les prédateurs et les proies, les gagnants et les perdants.

L’exploitation économique, comme la domination politique, sont des sports de combat, dont la fin est toujours la même: Tu as bossé, tu as perdu, tu as voté, tu as perdu.
Il est bien sur plus confortable, d’être une proie dans les pays dits « développés ».
Ca permet aux proies de partager la charge de prédation, qui sera en partie diminuée, par ce que les prédateurs auront volé ailleurs.
Sauf crise grave, les prédateurs vous laissent toujours de quoi vous reproduire, économiquement et électoralement, mais il n’y a pas de quoi pavoiser, c’est juste de la gestion rationnelle de cheptel.

Périodiquement, en général mi-mandat, les grandes marées du Spectacle refluent, le bateau doit s’éloigner, et le socle de ce monde devant apparent.
Heureusement les pêcheurs à pied interviennent rapidement, et les motifs de révolte sont vite recueillis dans des paniers militants, ils dégorgent, et peuvent être remis à l’eau quand ça remonte.
Reste le cas des tsunamis, causés par les mouvement souterrains, dus à la la tectonique des classes, qui causent de très grand reflux.
Là l’étendue découverte devient immense, et les militants ne peuvent plus grand chose.
C’est plus rare, c’est à peu près tous les 30 à 40 ans.

Il reste alors trois solutions pour éloigner les masses de la grève:
Celle  « de droite »: Tirer dans le tas.
Celle « de gauche »: Tirer dans le tas, mais en le regrettant amèrement.
Celle du ni-droite, ni gauche: Organiser un débat avant de tirer dans le tas, par obligation.
Le temps du « débat » est venu.
Les proies sont invitées à démontrer elles mêmes, pourquoi elles ne sont que des proies, en exposant leurs pauvres revendications à leurs maîtres.
On espère par là les convaincre de respecter les lois de la nature économiques et bureaucratiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.