Accuser les non vaccinés de l’échec à venir, pour pouvoir nous fourguer Pfizer N+ 1

Sans surprise ce gouvernement reprend les recettes à succès des précédents.
 Et avec encore moins de surprise, Médiapart, le salon permanent de toutes les fausses consciences lui file le train.

Quand il a fallu différer l’effondrement du Capitalisme de Prédation et tenter de donner une substance aux montagnes de milliards imaginaires produits par la spéculation, Hollande a créé un fond de soutien aux boursicoteurs, à travers une cotisation obligatoire des salariés, baptisée impudemment  « Mutuelle ».

Mutuelle, ça donnait un parfum « de gauche » à cette nouvelle saloperie, destinée à tuer la sécu collectivisée et à la remplacer par des assurances.

Aujourd’hui, une nouvelle cotisation générale est vitale pour les boursicoteurs, et les Etats privatisés ont inventé une gigantesque dette fiscale, qui fait cette fois participer toutes les populations au sauvetage du Capitalisme de Prédation.

Le sauvetage du Capitalisme de Production, lui, se fera, plus traditionnellement, par la guerre, si possible limitée,  et originalité:  Le « vaccin » ou les produits industriels "verts" rendus obligatoires.


Avec la même hypocrisie que Hollande, on va donc baptiser « vaccin », et rendre obligatoire, une thérapie génique douteuse, financée par une cotisation fiscalisée.

Et sans aucune vergogne, on va utiliser les mêmes arguments vermineux, à base d’accusation d’individualisme  contre les réticents, qu'on va qualifier "d'antivax".

Les réfractaires sont d’ores et déjà accusés de saboter cette merveilleuse invention, en propageant le virus, alors même que cette thérapie n’empêche rien, d’être porteur et contaminant.

Il faut être bien naïf pour ne pas voir là dedans, la construction d’un mécanisme automatique de mise à jour de ce « vaccin », et un abonnement à vie, à ces futures versions, qui suivront les futures versions du virus.

Pire encore, le financement délirant, par les Etats, d’un traitement, sanitairement inefficace, et commercialement ultra rentable, va interdire de fait, la recherche et la diffusion d’un « vrai » vaccin, qui ruinerait les acteurs de cette comédie.

Médiapart tient son rôle habituel, de clown blanc, producteur du juste milieu raisonnable, en perpétuant le mensonge que ce traitement est « mieux que rien ».

Et pendant ce temps la destruction de la médecine continue.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.