L'Economie, c'est le Vol.

Il n'existe pas de fonctionnement vertueux possible de l'exploitation collective et individuelle.  Tout ce qui est distribué quelque part, est volé ailleurs, localement ou internationalement.

L'Economie, c'est le Vol. 
Il n'existe pas de fonctionnement vertueux possible de l'exploitation collective et individuelle. 
Tout ce qui est distribué quelque part est volé ailleurs, localement ou internationalement. 

Tant que les fondements de l'économie existeront, la logique de l'impérialisme, de l'échange inégal et de la spoliation existeront, toute amélioration sociale locale, sera le produit caché d'une détérioration sociale ailleurs. 
Les Etats privatisés ont reçu des banques qui les contrôlent, des milliards à distribuer, par ce que les banques, en pleine crise de surproduction de milliards imaginaires,  veulent en rendre réels une partie, en les titrisant, et sauvegarder leur cloaque d'origine, en espérant que d'autres cloaques crèveront avant le leur, pour permettre leur pillage. 
L'Economie, c'est le cannibalisme vertical généralisé. 
Les "services publics", sont les instruments du masquage cosmétique de la brutalité capitaliste, ils sont payés par les travailleurs, les tentatives d'en réduire le coût, au nom d'une meilleure efficacité, n'ont qu'un seul but: s'accaparer les sommes collectées pour leur financement. 
Tous ceux qui déclarent pouvoir, par la "politique",  gérer moralement ce tas de fumier, en prétendant pouvoir ménager les intérêts des prédateurs et des proies, sont des imbéciles et/ou des canailles. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.