La campagne électorale permanente, plutôt que le "gouvernement".

C'est ce qui reste quand l'état privatisé, n'a plus besoin de gouvernement, mais juste d'animateurs de télé réalité politique.

La campagne électorale permanente, plutôt que le "gouvernement", c'est ce qui reste quand l'état privatisé, n'a plus besoin de gouvernement, mais juste d'animateurs de télé réalité politique.
C'est la forme visible que prend le"spectaculaire intégré".
En terme d'organisation de la passivité, le partage du travail entre l'économie et l'état, reposait sur les deux spectaculaires, diffus et concentrés, la fusion de l'état et de l'économie, repose sur le spectaculaire intégré.
On est là, dans la description situationniste de base, qui devient a peu près aussi banalement concrète,  que la description anarchiste, de la fusion entre le Capitalisme et l'Etat.
Au passage, c'est exactement ce que pratiquent, avec des variantes de vulgarité et d'humour involontaire,  les états qui ont adopté le National Libéralisme, avec un peu d'avance sur nous, les USA par exemple.
Le nouveau mode de fabrication et de la diffusion de calembredaines structurantes, est passé des agences d'état, à une forme ubérisée: Les réseaux sociaux, et comme il faut bien une sélection, il est opérée par les médias, propriété des Cartels Industriels actionnaires usufruitiers de l'Etat.
Les GJ, c'est l'accident, la fuite dans un système pas encore tout à fait étanche, et surtout le début d'une hérésie.
Ces gens remettent en cause leur place dans le spectacle, et de figurants veulent devenir acteurs.
Ironiquement, et inconsciemment, ils utilisent les armes du Spectacle, pour le dénoncer.
Ce a quoi les metteurs en scène ne peuvent répondre, et défendre leurs droits exclusifs,  que par la violence.
C'est un glissement similaire à celui qu'a connu l'écologisme d'état, avec les zaad.
L'état, propriétaire et usufruitier de l'écologie, ne pouvait tolérer que des figurants réclament le droit d'écrire le scénario, il a du leur envoyer des régiments de flics, avant des cohortes de notaires payés par le préfet et la FNSEA.
La réponse bureaucratique va consister à tenter d'effacer les interstices, encore visibles entre les médias officiels, appartenant  aux cartels industriels, et leurs confrères ubérisés, en partageant le marché de l'illusion de manière plus dynamique.
La "campagne électorale permanente", c'est exactement ça, la reprise en main de la production de conneries, par leurs principaux bénéficiaires.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.