Le Covido-thatcherisme débarque

Le seul virus mortel exporté par l’Angleterre depuis 40 ans, c’était le Thatchérisme, et il a déjà contaminé toutes les bureaucraties politiques et culturelles Européennes.
 Sa récente association avec le COVID, fait craindre le pire.


Que Le Covid (19+n) , comme le Thatchérisme, mutent est dans leur nature, les virus s’adaptent à leur cible, et contournent progressivement les défenses qu’elles mettent en place.

Le problème est qu’ils ont les mêmes cibles, s’associent, et suivent les mêmes stratégies: les décimations, humaine et économique.

le Covido-thatchérisme est né et se répand rapidement.

Les humains faibles, et les entreprises sous capitalisées, doivent disparaître, pour pouvoir opérer un nouveau partage des ressources, sans devoir toucher, ou pour renforcer, la part des forts et des boites déjà financiarisées.

Cette stratégie ne peut être acceptée qu’au prix de la promotion, d’un terrorisme sanitaire quotidien.

Les inventeurs du terrorisme structurant, sont bien sur, les écologistes, qui depuis 40 ans, nous promettent des apocalypses choisies avec soin, pour justifier leurs plans de carrière, sans devoir faire de la peine à des gens qui pourraient leur nuire.

La fin des mensonges positifs de l’Economie, a signé la fin du partage des taches d’encadrement, entre productivistes optimistes, et néo-malthusiens déprimants.

Il a bien fallu trouver une vision de l’avenir, qui permette d’exiger une soumission non récompensée, et la promesse de nous « défendre » a pris le relais.

Malgré son succès incontestable, la terreur par la menace d’une apocalypse climatique toujours différée, ne suffisait pas, et était difficile à utiliser sans devoir concéder des postes, aux bureaucraties vertes.
Il a bien fallu en trouver une autre, plus immédiatement menaçante.

Ils ont donc sauté sur l’occasion de cette pandémie, pour appliquer les recettes mises au point par les « écologistes ».

Ca n’est pas de l’intelligence, c’est juste de l’opportunisme, c’était disponible, ils l’ont utilisé, le moutonisme inter bureaucratique à fait le reste. 

La conjonction de cette opportunité, et de situations locales, de renouvellement du petit personnel politique séculier des multinationales, par le biais de quiz électoraux, à fait que les réactions à ces deux pandémies associées, virales et libérales, ont été très diverses et souvent tout à fait chaotiques.

Associer, se gaver, et faire semblant d'agir pour le bien commun est un exercice difficile.
Certains pays comme les USA, ont pris de l’avance dans le projet de décimation, mais il est difficile de dire, si c’est par intelligence stratégique, ou par ce qu’ils avaient largement anticipé,  les désastres sanitaires et économiques.
D’autres à l’inverse, qui possèdent les moyens de diriger leur économie de manière plus directe, et qui ne sont pas embarrassés par les reversements sociaux "excessifs", ou la concurrence d’écologistes, comme la Chine, le Viet Nam ou la Corée, ont pu cibler plus précisément les destructions.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.