Réduire notre consommation de calembredaines, avant l’accoutumance définitive.

De ci de là, on entend parfois des appels à une grève des consommateurs de marchandises frelatées, mais jamais la même stratégie n’est proposée, au sujet de notre sur-consommations de fadaises. Il nous faut préparer d'urgence les conditions du déclenchement d'une Greve Générale de la Crédulité. Tant pis pour les militants.

L’arme la plus sournoise du Spectacle est qu’il nous propose en permanence de l’utiliser pour le combattre.

On sait tous depuis longtemps que les pseudo choix commerciaux sont plus que limités, et que derrière la profusion apparente, il ne reste que quelques multinationales, qui pratiquent l’auto-concurrence, pour faire croire à l’existence du choix.
On le sait bien pour les lessives, pas assez pour les bagnoles ou l’alimentaire,  et presque pas du tout pour « l’information », qui est pourtant le secteur industriel ou les concentrations sont les plus achevées.
Ce que nous persistons à appeler »information » est une marchandise, et elle subit tous les stress de production, économiques et idéologiques,  de la marchandise.
La grande unification en cours, des systèmes d’organisation de la passivité, libéraux ou autoritaires, a provoqué une unification des techniques spectaculaires, les agences de presse nationales ont perdu le plus gros de leur marché, et la libre concurrence entre menteurs, est devenue la règle.
Mais le temps de l’ ubérisation de la production anarchique de calembredaines, à travers les réseaux « sociaux » se termine.
Comme pour les « cars Macrons », la production ou la transformation utilitaire des meilleures foutaises, commence à se concentrer dans les mains de vrais professionnels.
Comme pour les légumes, il reste bien sur du « raisonné », du « circuit court », du « bio », du « Hallal », du « Casher », et même du « Médiapart », pour respecter les sectorisations du marché de la crédulité, et assurer des marges importantes, mais il faut bien reconnaître, que le plus gros, l’écrasante majorité des conneries, est produite industriellement, sans le respect minimum du consommateur.

De ci de là, on entend parfois des appels à une grève des consommateurs de marchandises frelatées, mais jamais la même stratégie n’est proposée, au sujet de notre sur-consommations de fadaises.
L’effondrement économique qui s’annonce, va bien sur resserrer le marché, et provoquer une vague de concentrations.
On a déjà une certaine expérience des effets de ce genre de situation sur la production de mensonges structurants: La communication de guerre.
Soit la production de masse de mensonges éhontés, qui cohabite avec la production de niche de mensonges plus subtils, réservés à une élite.
La guerre économique et sociale qui débute, va pouvoir utiliser les nouvelles techniques qui étaient inconnues du temps des précédentes, ça va nous permettre une vérification in vivo de leur efficacité.
Il nous faut préparer d'urgence les conditions du déclenchement d'une Greve Générale de la Crédulité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.