rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 mai 2013

Dans la part d'ombre de Guéant, se cache Djouhri…

  Guéant, Kadhafi et Sarkozy le 25 juillet 2007 à Tripoli (Pascal Rossignol/Reuters) Claude Guéant est sur la sellette. Et pour une broutille, 500 000 euros dont il peine à justifier l'origine. Et on peut effectivement parler de broutilles quand on observe les affaires auxquelles Guéant a été mêlé.

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Guéant, Kadhafi et Sarkozy le 25 juillet 2007 à Tripoli (Pascal Rossignol/Reuters)

Claude Guéant est sur la sellette.
Et pour une broutille, 500 000 euros dont il peine à justifier l'origine. Et on peut effectivement parler de broutilles quand on observe les affaires auxquelles Guéant a été mêlé.

Cet ancien chef de la police est surtout un homme de réseaux. Et si ses ennuis actuels viennent de Takieddine, qui l'a "balancé" aux juges, ce n'est pas sans raison.

On peut y voir un effet de la rivalité Djouhri-Takieddine… 

En effet, Guéant est proche d'A. Djouhri. "Il est imposé par Guéant et Squarcini sur les grands contrats" affirme Takieddine.

 Claude Guéant, c'est aussi une histoire de familles…

Jean-Charles Charki, son gendre, est très proche de lui (il partage les même bureaux depuis que Guéant est devenu avocat, associé avec son fils François, après la défaite). Le cabinet Guéant Avocats siège – discrètement – avenue George-V, en face du palace du même nom, précise le journal Le Monde. Du 17 au 19 octobre 2012, Claude Guéant s'est rendu en compagnie de son gendre à Malabo, dans cette Guinée équatoriale au cœur du scandale des biens mal acquis.
Après le Gabon, où il s'est entretenu avec Ali Bongo le 3 décembre pendant deux heures, Claude Guéant a ensuite emmené son gendre à Libreville rencontrer le directeur de cabinet du président gabonais, en compagnie de celui qui l'a initié aux affaires africaines : le conseiller officieux de la droite, Robert Bourgi. Jean-Charles Charki l'accompagne encore, 14 décembre, à Abidjan.

Mais Charki est aussi très ami avec le fils d'A. Djouhri, Germain, qu'il a connu à Londres, selon Olivier Drouin du journal Capital.

Les affaires africaines de Guéant se mêlent à celles de Djouhri… 

Comme cette rencontre en mai 2012 entre Bachir Saleh, l'ex "trésorier" du colonel Kahdafi, et Djouhri, avec Squarcini en guest star, probablement en vue de son exfiltration discrète hors de France, où il est recherché. Cela a été raconté en détail par les Inrocks il y a peu. D'après le Canard Enchainé (cité par Rue89) à partir de 2007, Saleh était surtout devenu l’interlocuteur privilégié de Claude Guéant, très assidu chez le Colonel Kadhafi.

 A la chute du dictateur libyen, c'était déjà l'ambassadeur de France en Tunisie, Boris Boillon, qui aurait veillé à son exfiltration de Libye, dans un jet privé appartenant à… Alexandre Djouhri (cité par France TV).
Saleh a-t-il aidé la famille Guéant en affaires ? Le Point révèle qu'en 2009 Jean-Charles Charki s'était occupé pour le compte du gouvernement tchadien de la privatisation de la société nationale de télécoms. L'entreprise sera rachetée l'année suivante par le Libyan African Portfolio, une filiale du fonds souverain libyen dirigé par... Bachir Saleh.
Pour le site Maghreb Confidentiel, Djouhri et Saleh sont "inséparables".
L'affaire Guéant va ainsi remuer cette fange sombre qui tapisse le fond du monde des affaires occultes de la droite déchue. Jean-Charles Charki semble un personnage clé de ces réseaux de Guéant, ainsi que Djouhri.

Bolloré est aussi mis en cause, cette fois-ci par M. Dupuydauby, un industriel évincé à la demande de Guéant (selon ce qu'il a déclaré au juge d'instruction) au profit de M. Bolloré, ce dernier obtenant en janvier 2011, juste avant le déclenchement de la révolution qui allait causer la perte de M. Kadhafi, la concession du port de Misrata. Il aurait servi d'intermédiaire, via notamment le Liechtenstein, pour le transfert des fonds libyens destinés au financement occulte de M. Sarkozy. (Le Monde)

 La piste Qatari

Autre domaine qui pourrait intéresser la justice, l'argent Qatari qui inonde la France et peut-être certains de ses dirigeants. C'est ce qu'affirme Takieddine (à lire sur France24) :
"Ces investissements par les dirigeants du Qatar sont faits pour acheter, acheter les dirigeants français. Et ça commence avec Nicolas Sarkozy qu’ils ont acheté de toutes pièces."

Pierre Péan revient lui aussi sur le financement Qatari, dans le cadre de la libération des infirmière Bulgares (Le Point). Là encore, ce serait Djouhri qui aurait "doublé" Takieddine, et une partie de l'argent Qatari serait devenu des commissions occultes pour l'équipe de Sarkozy :


"Ce que des sources m'ont affirmé, c'est que l'argent qui est arrivé du Qatar dans la foulée, pour des montants inconnus et dans des conditions imprécises, a généré des commissions indues versées en France. On me cite un chiffre de 30 millions d'euros. Celui qui a suggéré l'intervention de Cécilia et qui a monté le coup avec le Libyen Bachir Saleh, le directeur de cabinet de Kadhafi, c'est Alexandre Djouhri.

Quatre ans après, autres circonstances, c'est encore lui qui a pris un avion de la Global Jet pour Djerba, les 14 et 15 août 2011, afin d'emmener Dominique de Villepin négocier je ne sais quoi avec le même Bachir Saleh !"

Evidemment, en pleine affaire Guéant, il n'est pas très opportun pour Nicolas Sarkozy de prendre la tête d'un fond d'investissement Qatari. 

Récemment, en effet, le Qatar Investment Autority, le fonds souverain qatari riche de 100 milliards de dollars, a adressé une lettre d'intention à Nicolas Sarozy, indique le Financial Times, dans laquelle il propose à l'ancien président de diriger un fonds d'investissement privé d'une valeur de 250 millions d'euros. Cet argent serait investi dans des sociétés d'Europe continentale afin de participer à la «reconstruction de l'Europe». (Slate)
Il y a d'autre part un autre éminent personnage que l'on retrouve souvent auprès de Djouhri et de ses affaires Libyennes : Dominique de Villepin… mais c'est encore une autre affaire…

NB : ce billet est la suite de celui écrit il y a un an sur Médiapart, consacré à M. Djouhri, qui m'a fait l'honneur de le commenter pour le démentir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose » désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart