rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 mai 2013

Dans la part d'ombre de Guéant, se cache Djouhri…

  Guéant, Kadhafi et Sarkozy le 25 juillet 2007 à Tripoli (Pascal Rossignol/Reuters) Claude Guéant est sur la sellette. Et pour une broutille, 500 000 euros dont il peine à justifier l'origine. Et on peut effectivement parler de broutilles quand on observe les affaires auxquelles Guéant a été mêlé.

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Guéant, Kadhafi et Sarkozy le 25 juillet 2007 à Tripoli (Pascal Rossignol/Reuters)

Claude Guéant est sur la sellette.
Et pour une broutille, 500 000 euros dont il peine à justifier l'origine. Et on peut effectivement parler de broutilles quand on observe les affaires auxquelles Guéant a été mêlé.

Cet ancien chef de la police est surtout un homme de réseaux. Et si ses ennuis actuels viennent de Takieddine, qui l'a "balancé" aux juges, ce n'est pas sans raison.

On peut y voir un effet de la rivalité Djouhri-Takieddine… 

En effet, Guéant est proche d'A. Djouhri. "Il est imposé par Guéant et Squarcini sur les grands contrats" affirme Takieddine.

 Claude Guéant, c'est aussi une histoire de familles…

Jean-Charles Charki, son gendre, est très proche de lui (il partage les même bureaux depuis que Guéant est devenu avocat, associé avec son fils François, après la défaite). Le cabinet Guéant Avocats siège – discrètement – avenue George-V, en face du palace du même nom, précise le journal Le Monde. Du 17 au 19 octobre 2012, Claude Guéant s'est rendu en compagnie de son gendre à Malabo, dans cette Guinée équatoriale au cœur du scandale des biens mal acquis.
Après le Gabon, où il s'est entretenu avec Ali Bongo le 3 décembre pendant deux heures, Claude Guéant a ensuite emmené son gendre à Libreville rencontrer le directeur de cabinet du président gabonais, en compagnie de celui qui l'a initié aux affaires africaines : le conseiller officieux de la droite, Robert Bourgi. Jean-Charles Charki l'accompagne encore, 14 décembre, à Abidjan.

Mais Charki est aussi très ami avec le fils d'A. Djouhri, Germain, qu'il a connu à Londres, selon Olivier Drouin du journal Capital.

Les affaires africaines de Guéant se mêlent à celles de Djouhri… 

Comme cette rencontre en mai 2012 entre Bachir Saleh, l'ex "trésorier" du colonel Kahdafi, et Djouhri, avec Squarcini en guest star, probablement en vue de son exfiltration discrète hors de France, où il est recherché. Cela a été raconté en détail par les Inrocks il y a peu. D'après le Canard Enchainé (cité par Rue89) à partir de 2007, Saleh était surtout devenu l’interlocuteur privilégié de Claude Guéant, très assidu chez le Colonel Kadhafi.

 A la chute du dictateur libyen, c'était déjà l'ambassadeur de France en Tunisie, Boris Boillon, qui aurait veillé à son exfiltration de Libye, dans un jet privé appartenant à… Alexandre Djouhri (cité par France TV).
Saleh a-t-il aidé la famille Guéant en affaires ? Le Point révèle qu'en 2009 Jean-Charles Charki s'était occupé pour le compte du gouvernement tchadien de la privatisation de la société nationale de télécoms. L'entreprise sera rachetée l'année suivante par le Libyan African Portfolio, une filiale du fonds souverain libyen dirigé par... Bachir Saleh.
Pour le site Maghreb Confidentiel, Djouhri et Saleh sont "inséparables".
L'affaire Guéant va ainsi remuer cette fange sombre qui tapisse le fond du monde des affaires occultes de la droite déchue. Jean-Charles Charki semble un personnage clé de ces réseaux de Guéant, ainsi que Djouhri.

Bolloré est aussi mis en cause, cette fois-ci par M. Dupuydauby, un industriel évincé à la demande de Guéant (selon ce qu'il a déclaré au juge d'instruction) au profit de M. Bolloré, ce dernier obtenant en janvier 2011, juste avant le déclenchement de la révolution qui allait causer la perte de M. Kadhafi, la concession du port de Misrata. Il aurait servi d'intermédiaire, via notamment le Liechtenstein, pour le transfert des fonds libyens destinés au financement occulte de M. Sarkozy. (Le Monde)

 La piste Qatari

Autre domaine qui pourrait intéresser la justice, l'argent Qatari qui inonde la France et peut-être certains de ses dirigeants. C'est ce qu'affirme Takieddine (à lire sur France24) :
"Ces investissements par les dirigeants du Qatar sont faits pour acheter, acheter les dirigeants français. Et ça commence avec Nicolas Sarkozy qu’ils ont acheté de toutes pièces."

Pierre Péan revient lui aussi sur le financement Qatari, dans le cadre de la libération des infirmière Bulgares (Le Point). Là encore, ce serait Djouhri qui aurait "doublé" Takieddine, et une partie de l'argent Qatari serait devenu des commissions occultes pour l'équipe de Sarkozy :


"Ce que des sources m'ont affirmé, c'est que l'argent qui est arrivé du Qatar dans la foulée, pour des montants inconnus et dans des conditions imprécises, a généré des commissions indues versées en France. On me cite un chiffre de 30 millions d'euros. Celui qui a suggéré l'intervention de Cécilia et qui a monté le coup avec le Libyen Bachir Saleh, le directeur de cabinet de Kadhafi, c'est Alexandre Djouhri.

Quatre ans après, autres circonstances, c'est encore lui qui a pris un avion de la Global Jet pour Djerba, les 14 et 15 août 2011, afin d'emmener Dominique de Villepin négocier je ne sais quoi avec le même Bachir Saleh !"

Evidemment, en pleine affaire Guéant, il n'est pas très opportun pour Nicolas Sarkozy de prendre la tête d'un fond d'investissement Qatari. 

Récemment, en effet, le Qatar Investment Autority, le fonds souverain qatari riche de 100 milliards de dollars, a adressé une lettre d'intention à Nicolas Sarozy, indique le Financial Times, dans laquelle il propose à l'ancien président de diriger un fonds d'investissement privé d'une valeur de 250 millions d'euros. Cet argent serait investi dans des sociétés d'Europe continentale afin de participer à la «reconstruction de l'Europe». (Slate)
Il y a d'autre part un autre éminent personnage que l'on retrouve souvent auprès de Djouhri et de ses affaires Libyennes : Dominique de Villepin… mais c'est encore une autre affaire…

NB : ce billet est la suite de celui écrit il y a un an sur Médiapart, consacré à M. Djouhri, qui m'a fait l'honneur de le commenter pour le démentir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre