rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 juin 2009

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Vers le Front Populaire

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Eric, le blogueur citoyen, m'interpelle sur l'avenir du Parti socialiste.

Que ce soit Benoît Hamon ou Arnaud Montebourg, les "rénovateurs" du PS comprennent que la richesse de la gauche c'est sa diversité, mais aussi son unité.
Le PS n'est plus la seule voix de la gauche, et il faut en tenir compte. Alors que Montebourg plaide pour l'orgnisation de "grandes primaires populaires" ouverte à tous les militants et sympathisants, Hamon appelle à un rassemblement de la gauche, à travers une offre susceptible de "bâtir une maison commune"(l'idée d'un front populaire a été soulevée dès le 2 juin par Cambadélis, ainsi que par Paul Quilès et Marie-Noelle Lienemann). De son côté Moscovici lance une pétition pour l'organisation des primaires.

D'autre part, selon un sondage Ifop qui sera publié dans le journal Sud-Ouest dimanche 14 juin, 54% des Français se déclarent favorables à une fusiondu PS avec d'autres partis pour créer un grand parti de gauche.

Le piège du scrutin a un tour a traumatisé le PS. Sur un suffrage à 2 tours, logiquement, le rassemblement se serait fait plus ou moins à l'avantage de la gauche et de son premier parti.
Là où l'Ump a phagocyté les droites dans un grand parti à la voix unique, sans réserve de voix, la pluralité de la gauche exprime la démocratie. Mieux vaut la laisser s'exprimer et la fédérer plutôt que de la contraindre à s'adapter à un moule.

L'alliance de ces diversités dans un front uni est la seule chance de renverser le sarkozysme. Pour les régionales, une des élections les plus importantes puisque la région gère notre quotidien social, comme pour la présidentielle ou les législatives.

Au lieu de se combattre, les courants d'idées doivent s'épauler, et l'exercice du pouvoir doit être partagé. C'est la fin de l'hégémonie du PS, mais l'émergence d'une force plurielle. Montebourg pense qu'il y a un fond commun a définir, autour duquel un rassemblement large est possible.
Il cite avec élégance la rose et le réséda d'Aragon :
"Quand les blés sont sous la grêle, Fou qui fait le délicat, Fou qui songe à ses querelles, Au coeur du commun combat".

Un sacré bordel à gérer quand même, si vous voulez mon avis.

Un article du rimbusblog

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff