Les méthodes d'un autre âge de la presse anglaise

C'est de la perfide Albion que viennent les coups les plus bas.Après Dunkerque, Mers el Kebir, voici que les officines à la solde de l'anti-France entretiennent une campagne de calomnies d'inspiration fasciste, sans doute pour nous détourner de notre collaboration économique avec l'Allemagne.

C'est de la perfide Albion que viennent les coups les plus bas.

Après Dunkerque, Mers el Kebir, voici que les officines à la solde de l'anti-France entretiennent une campagne de calomnies d'inspiration fasciste, sans doute pour nous détourner de notre collaboration économique avec l'Allemagne.

Les méthodes de la presse britannique ne sont plus à démontrer.

 

Bien qu'il n'y ait rien d'illégal dans l'accord entre Lancôme et madame Bruni, cela représenterait un réel conflit d'intérêt, si madame Bettencourt était considérée comme bénéficiaire de ses liens avec le gouvernement de Mr Sarkozy" Comme nous l'indique la traduction de Gilles Klein sur @rrêt sur Images.

 

Les anglais avaient déjà tenté ce genre de manœuvre basée sur le mensonge et le scandale, en avril de cette année :

 

C'était le qui s'étonnait d'une donnation de 500 000 euros de la part de Monsieur Paulson, le très estimé prédident de , à la .

 

Une manœuvre grossière pour semer l'idée noire du soupçon, là où il n'y a qu'altruisme, charité et désinteressement.

 

Il faudrait se souvenir que l'argent n'est pas sale, comme l'a rappelé , et qu'engranger des millions d'euros est toujours une saine activité, morale et républicaine.

 

La fielleuse presse anglo-saxonne voudrait donner des leçons de vertu au Président Français, mais la bave du vilain crapaud n'atteint pas la pure colombe.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.