rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 oct. 2009

Les nouveaux misérables

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Partout, l'appauvrissement grandit dans notre monde occidental.
Bien sûr chacun pense à son compte en banque. Enfin quand je dis chacun, cela ne concerne pas la nouvelle élite. C'est le propre de notre société moderne, plus de pauvres, moins de riches, mais des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres.
Ceci est relatif. Les pauvres d'aujourd'hui sont certainement moins pauvres que ceux du passé, mais le sentiment de pauvreté est sûrement plus grand. La société de consommation fait que l'absence de bien se fait plus cruel, plus oppressant.

Chaque jour, le message est répété, matraqué, imposé : il faut posséder, toujours plus de biens inutiles, habits, gadgets, voitures toujours nouvelles, télévisions toujours plus plates, téléphones toujours plus petits et puissants... Posséder, pour égaler le voisin, le dépasser, c'est le but ultime. Une plus belle maison, une automobile plus chère, un costume plus beau.
Cette folie de la consommation effrénée est le moteur de l'économie, à laquelle on consacre toute son énergie. Cette course insensée génère d'innombrables frustrations : on se suicide à son travail parce qu'il est la clé de ce culte absurde du paraître.
Les femmes sont lobotomisées, contraintes à un rôle de potiche soumises à la dictature de l'apparence tout en ayant l'illusion de gagner une place de choix en pouvant participer à cette course à la réussite.
Ceux qui réussissent à assurer ce fameux train de vie, le font au détriment de leur intellect. Appauvrissement toujours, appauvrissement des idées, de l'humanisme, du cœur. Semblables à la plèbe antique, on leur impose des jeux du cirque dans lesquels ils plongent comme on leur recommande de le faire. Leur nouveaux héros sont des multimillionnaires auxquels les plus pauvres vouent des cultes qui absorbent tout leur esprit, rejetant dans les ténèbres les autres considérations, les idées de démocratie et de politique, l'altruisme ou la fraternité. Les stars du ballon rond ou de la chansonnette, du spectacle, sont les idoles modernes d'un peuple décérébré.
Appauvrissement du tissu économique aussi : les sociétés se rachètent les unes les autres pour se concentrer dans quelques mains, toujours plus puissantes.
Appauvrissement enfin de l'égalité des chances républicaine, quand le nom prime sur la compétence, avec ces nouvelles dynasties semblables à une nouvelle noblesse. Les fils des capitaines d'industries succèdent à leur père, les enfants des rares artistes privilégiés reprennent la place de leur géniteur, une nouvelle caste se met en place.
Dans cette compétition sans merci, les laissés pour compte n'ont qu'à mourir, une mort sociale cruelle qui précède la vraie mort. Celui qui a encore conscience de l'absurdité de ce monde est rejeté comme un fou, et sa lucidité est assimilée à une pathologie qu'il faut soigner à coup de pilules calmantes.
la quête de la richesse matérielle comme but ultime est ainsi l'appauvrissement suprême, et comme le disait si justement Alexis de Tocqueville :
“ Lorsque le goût des jouissances matérielles se développe chez un de ces peuples plus rapidement que les lumières et que les habitudes de la liberté, il vient un moment où les hommes sont emportés et comme hors d’eux-mêmes, à la vue de ces biens nouveaux qu’ils sont prêts à saisir. Préoccupés du seul soin de faire fortune, ils n’aperçoivent plus le lien étroit qui unit la fortune particulière de chacun d’eux à la prospérité de tous. Il n’est pas besoin d’arracher à de tels citoyens les droits qu’ils possèdent ; ils les laissent volontiers échapper eux-mêmes (…) ”

Un article du Rimbusblog

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre