rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 août 2014

Terreur à Donetsk

Ce matin, un message de mon contact à Donetsk m'a rassuré. Il a quitté la ville est s'est réfugié dans une petite ville voisine, hébergé chez un membre de sa famille.Alors que Donetsk est en train de tomber, que les républiques autonomes du Donbass on perdu leurs chefs, l'avenir est pour lui de plus en plus incertain. 

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin, un message de mon contact à Donetsk m'a rassuré. Il a quitté la ville est s'est réfugié dans une petite ville voisine, hébergé chez un membre de sa famille.
Alors que Donetsk est en train de tomber, que les républiques autonomes du Donbass on perdu leurs chefs, l'avenir est pour lui de plus en plus incertain. 


L'armée Russe a-t-elle pénétré dans le Donbass, comme le signalaient cette nuit les reporters du Guardian , en profitant de la confusion autour du convoi humanitaire ? 
Il est trop tôt pour l'affirmer, mais les conséquences de cette action feraient franchir un terrible degré à cette crise. 

Pour les habitants de Donetsk, l'angoisse est permanente. Les obus s'abattent sur la ville depuis plus d'un mois, les victimes sont de plus en plus nombreuses. Si Donetsk tombe, quel sera l'attitude des vainqueurs ? Mettront-ils en prison les activistes coupables de russophilie ? Leur habitation sera-t-elle saisie ?
Voilà les angoissantes questions que se pose mon contact.

Les bataillons loyalistes qui les attaquent sont financées par des oligarques, comme Kolomoïsky, qui devient un véritable "warlord" contrôlant l'oblast central de Dnipropetrovsk, l'un des plus vastes du pays. 
L'argent de cet homme d'affaire richissime finance pravy sektor, et ce mouvement extrémiste et nationaliste, fort de ce soutien, lève des troupes de combat. Une dizaine de ces combattants ont été éliminés il y a 2 jours à Donetsk.

Kolomoïsky contrôle aussi le bataillon "Azov", qui a repris Mariupol, la grande ville portuaire au sud de Donetsk et qui participe au siège de la capitale du Donbass. Encadrée par des mercenaires (dont l'ancien légionnaire français Gaston Besson) grassement payés, l'armée qu'oppose Kiev aux insurgés de l'est s'apparente plus à une milice privée qu'à une armée nationale.
Mon contact est clairement pro-russe. Comme il me l'expliquait, il est né en URSS, le russe est sa langue naturelle… néanmoins, sa revendication n'est pas d'être intégré à la Russie, mais de vivre dans une fédération Ukrainienne rassemblant des états plus ou moins autonomes. La première décision du gouvernement autoproclamé d'Euromaïdan, qui voulait bannir le russe, a été ressenti comme une déclaration de guerre pour beaucoup d'habitants du Donbass, et a été un des éléments qui a motivé le mouvement autonomiste. Et après le bombardement subit depuis un mois, les centaines de victimes… comment le peuple du Donbass pourrait-il accepter, maintenant, la tutelle de Kiev et d'un état encore plus sous le joug des oligarques que jamais ?

La Rada de Kiev a, par ailleurs, voté jeudi une loi qui autorise des sanctions contre des entreprises et des citoyens russes accusés de soutenir les insurgés prorusses. La reprise en main du Donbass est en bonne voie.
Les différentes déclarations, que ce soit Timoshenko ou Poroshenko, peuvent faire craindre une véritable épuration ethnique des russophones. Quel sera l'attitude des milices de Pravy Sektor si le gouvernement de Kiev reprend la ville ?
Derrière les postures faciles, pro-poutine, pro-maïdan, des points de vue manichéens et sans nuance, il y a le devenir de civils qui ne peuvent que subir, qui n'ont aucun choix si ce n'est celui d'abandonner leurs convitions, leur culture, leur liberté… leur vie parfois.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan