rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 oct. 2012

Un new deal pour le cannabis

F.D. Roosevelt, en avril 1933, abrogea le Volstead Act qui définissait la prohibition de l'alcool aux Etats-Unis. Quand la prohibition cessa, le crime organisé perdit une part importante de ses revenus liés au marché noir d'alcool, conséquence directe de la concurrence des boissons alcoolisées en vente libre à des prix modérés.

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

F.D. Roosevelt, en avril 1933, abrogea le Volstead Act qui définissait la prohibition de l'alcool aux Etats-Unis. Quand la prohibition cessa, le crime organisé perdit une part importante de ses revenus liés au marché noir d'alcool, conséquence directe de la concurrence des boissons alcoolisées en vente libre à des prix modérés.

C'est sur ce constat, et face à l'augmentation inexorable  du trafic et de la consommation de drogue malgré les mesures coercitives, que de nombreux hommes politiques demandent une autre vision sur cette question… dépénalisation, légalisation, diverses mesures sont à l'étude pour mettre au point un new deal sur la question des drogues, en particulier du cannabis.

Rappelons que la France, non contente d'être l'un des pays les plus répressifs de l'Union européenne en matière de stupéfiants, est également l'un de ceux où l'on fume le plus de cannabis. Ces chiffres font de la France le canard boiteux de la politique européenne, loin derrière les si libéraux Pays-Bas, où les jeunes en particulier fument beaucoup moins de cannabis que les jeunes Français. Aux Pays-Bas, régulièrement montrés du doigt parce qu'ils mènent depuis plus de trente ans une politique très libérale en matière de stupéfiants, les niveaux d'expérimentation du cannabis et de la cocaïne sont inférieurs aux autres pays.

(Rue 89)

Des chercheurs ont comparé des groupes de consommateurs réguliers de cannabis dans des villes comparables, aux politiques sur le cannabis opposées –Amsterdam, Pays-Bas (dépénalisé), et San Francisco, USA (pénalisé). Outre une plus forte consommation à San Francisco, les chercheurs ont trouvé de fortes similitudes entre les utilisateurs des deux villes. Il n’y eu « aucune preuve qui soutienne que la pénalisation puisse diminuer la consommation ou que la dépénalisation puisse l’augmenter».

Contrairement à l'idée reçue, la dépénalisation n’augmente pas la consommation de cannabis. (référence)

Daniel Vaillant hier, Vincent Peillon aujourd'hui, proposent donc une "révolution copernicienne" pour inverser la tendance. L'actualité nous démontre que c'est des milliards d'euros qui échappent ainsi à l'économie fiscalisée dans le monde… et ce serait une erreur de croire que ce sont les petits trafiquants de la rue qui en empochent la plus grande partie. Selon Christian Ben Lakhdar, économiste des drogues à l'Université catholique de Lille, ils gagneraient entre 4.500 et 10.000 euros par an. Le journal 20 minutes n'hésitait pas, le 19 juillet 2011, à affirmer que c'était une activité "peu rentable" pour les petits dealers.

Par contre, les cols blancs de la finance sont aussi impliqués dans le blanchiment de cette manne financière. Récemment, la police a démantelé une importante filière. Ce sont 40 millions d'euros issus du trafic de drogue qui auraient été blanchis en sept mois, impliquant des agences bancaires Suisses, mais aussi des "notables" (marchand d'art, avocat, entrepreneur, publicitaire, ingénieur du son… précise Le Figaro) dont une élue écologiste de Paris, Florence Lamblin, qui clame néanmoins son innocence. Sa culpabilité n'a effectivement pas été démontrée à ce jour.

Le débat concernant le cannabis dure depuis des années, et on comprend que beaucoup ont un intérêt financier important à ce que rien n'évolue sur ce point.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon