rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 sept. 2013

La chimiothérapie de Bachar El-Assad

 Je dois reconnaître que je ne sais pas ce qu'il faudrait faire pour résoudre la crise syrienne et mettre un terme à la guerre civile. Je suis bien conscient qu'il y a énormément d'inconnus dans ce conflit, que les intérêts stratégiques des différents protagonistes sont complexes à cerner, mais surtout je comprends que cette guerre est aussi médiatique, et que chaque information doit être prise avec circonspection, avec méfiance, même. 

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je dois reconnaître que je ne sais pas ce qu'il faudrait faire pour résoudre la crise syrienne et mettre un terme à la guerre civile.


Je suis bien conscient qu'il y a énormément d'inconnus dans ce conflit, que les intérêts stratégiques des différents protagonistes sont complexes à cerner, mais surtout je comprends que cette guerre est aussi médiatique, et que chaque information doit être prise avec circonspection, avec méfiance, même.

Néanmoins, quand j'ai vu les esprits s'exalter sur l'utilisation des armes chimiques, j'ai tout de suite ressenti qu'il y avait là un effet de posture, celle bien connue de la vertu et du bien s'opposant au vice et au mal. 

Je n'ai jamais adhéré à cette vision manichéenne des choses, il y a longtemps que je ne crois plus au bien et au mal comme deux entités opposées.

Dans un premier temps, le procédé est efficace. D'un point de vue médiatique, l'arme chimique est parfaite pour séduire des opinions dont l'encéphale a depuis longtemps été formaté pour n'ingurgiter que des pensées simplistes illustrées d'images choc : les tragiques convulsions des martyrs gazés, largement diffusées, nous renvoient à notre triste passé européen et constituent le repoussoir ultime qui doit souder les unions nationales.

Ces 2 % de syriens victimes du gaz mortel seront la justification de l'ingérence. Le crime contre l'humanité est constitué.

Les 98 % restant ne valent rien… morts sous la torture, sous les balles, sous les bombes, tout cela na vaut pas, dans cette logique de vertueuse imbécillité, qu'on se mobilise pour stopper le massacre.

Bachar el-Assad, en acceptant le plan proposé par les USA et la Russie (renoncer officiellement à ses armes chimiques et les détruire), éloigne avec beaucoup de finesse tout risque de frappe internationale. Et il aurait bien tort de ne pas suivre scrupuleusement ces directives : non seulement il anéanti le réquisitoire de ceux qui l'accusent, mais il se refait même une nouvelle image internationale, celle d'un homme ouvert au dialogue et respectueux des règles internationales.

Quant à la diplomatie internationale, et aux défenseurs des valeurs universelles (dernière des utopies post-coloniales), ils démontrent la sottise de leur action ; le message qu'ils font passer c'est qu'on peut tuer des milliers de personnes, mais qu'il faut le faire avec les canons, des grenades, des fusils, des baillonettes ou des coups de poings… 

Le régime dictatorial de la Syrie était bien malade, mais avec une utilisation bien dosée de produit chimique, le docteur El-Assad a démontré qu'une guérison était encore possible.

Lire sur Slate : La victoire d'Assad

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo