rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 mai 2009

Manipulations d'un Sylla moderne

 Le mode de scrutin des élections européennes (à la proportionnelle régionale) a un effet de seuil : seules les listes ayant dépassé 10 % sont assurées d’avoir au moins 1 député. Par conséquent, toutes les voix apportées aux autres partis de gauche risquent de priver les socialistes de précieux sièges au Parlement européen. C'est le sens du vote utile défendu par les socialistes. Et les socialistes sont les seuls, dans tout le continent, a pouvoir représenter une alternative à cette Europe financière et libérale dont plus personne ne veut.

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Parti socialiste
© Parti socialiste

Le mode de scrutin des élections européennes (à la proportionnelle régionale) a un effet de seuil : seules les listes ayant dépassé 10 % sont assurées d’avoir au moins 1 député. Par conséquent, toutes les voix apportées aux autres partis de gauche risquent de priver les socialistes de précieux sièges au Parlement européen. C'est le sens du vote utile défendu par les socialistes. Et les socialistes sont les seuls, dans tout le continent, a pouvoir représenter une alternative à cette Europe financière et libérale dont plus personne ne veut.

Pour défendre cette Europe là, Nicolas Sarkozy, qui a choisi de rester le maître de l'Ump, du gouvernement et de la majorité parlementaire (est-elle encore représentative de la vox populi ?), comme un Sylla nommé dictateur pour 5 ans et soucieux de faire taire les plébéiens audacieux, s'affiche a la fin du film censé inciter le civisme et encourager le vote. Comme Sylla, voluptueux et collectionneur de femmes, Sarkozy ne recule devant aucun subterfuge pour faire triompher le conservatisme appuyé sur une nouvelle élite d'affairistes.

Mais cet homme n'incarne plus la République depuis longtemps, mais un chef de parti qui multiplie les meeting électoraux devant des parterres d'affidés scrupuleusement sélectionnés.

Ce double mouvement, contrôle et encadrement de la liberté d'expression d'une part et augmentation substantielle de la propagande (j'ai déjà parlé de ce phénomène) est une manoeuvre réfléchie et caractéristique de ce Sylla moderne.

"Ce n'est ni plus ni moins qu'un clip UMP", s'est étranglé Benoît Hamon lundi matin lors du point presse hebdomadaire du parti, rue de Solferino. Cette "vidéo ne comporte aucune image du Parlement européen et se termine par des images du G20 et de Nicolas Sarkozy sans aucun rapport avec l'élection même", a-t-il détaillé.
Le n°3 de liste socialiste en Ile-de-France, a dénoncé un "mélange des genres scandaleux". "Additionné au fait que dans sa campagne, l'UMP ne distingue pas l'action du gouvernement avec les déplacements des ministres candidats ou encore en les meetings du président, trop c'est trop", a-t-il fulminé. Avec Harlem Désir, le tête de liste en Ile-de-France, il a exigé la suspension de ce " ce clip publicitaire [qui] est déplacé et ne doit pas être diffusé". (JDD)

Un article du Rimbusblog

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis