mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 1 mai 2016 1/5/2016 Dernière édition

Le «Fabulous Fab» de la finance

«De plus en plus d’effet de levier dans le système. L’édifice tout entier peut maintenant s’effondrer à chaque instant… Le seul survivant éventuel : le fabuleux Fab… debout au milieu de toutes ces opérations exotiques, complexes, hautement leviérisées, qu’il créa sans nécessairement saisir toutes les implications de ces monstruosités! »
«De plus en plus d’effet de levier dans le système. L’édifice tout entier peut maintenant s’effondrer à chaque instant… Le seul survivant éventuel : le fabuleux Fab… debout au milieu de toutes ces opérations exotiques, complexes, hautement leviérisées, qu’il créa sans nécessairement saisir toutes les implications de ces monstruosités! » M. Fabrice Tourre, 31 ans, aurait écrit ce mail ci-dessus le janvier 2007 (selon la SEC), prédisant une crise financière avec d'autant plus de lucidité qu'il en avait été l'un des artisans, en toute conscience.

 

Fabrice Tourre, dit "Fabulous Fab", petit génie de la finance chez Goldman Sachs, avait créé Abacus, un « Collateralized Debt Obligation » (CDO), sorte d'obligation s'appuyant sur des actifs hypothécaires à haut risque (un genre de subprimes) pour le gestionnaire de fonds Paulson&Co.

 

En clair, ce qu'on comprend, c'est que Goldman Sachs prenait les conseils de Paulson dans la conception de son obligation adossée aux créances hypothécaires à haut risque, qu'elle vendait à ses clients, alors que Paulson misait sur l'éclatement du marché des « subprimes ». Goldman Sachs jouait donc sur deux fronts sans le dire à ses clients qui achetaient son produit Abacus (qui devait perdre 99% de sa valeur).Lesquels ont perdu plus de 1 milliard de dollars dans l'affaire et encore davantage dans l'éclatement de la bulle immobilière et l'apparition de la crise financière qui l'a accompagnée.

 

Mais Goldman Sachs, la puissante institution financière, a elle gagné plus de 13 milliards de dollars en 2009, grâce à des petits coups comme celui inventé par "fabulous Fab" Tourre.

 

La Securities and Exchange Commission (SEC) a décidé de poursuivre Goldman Sachs pour fraude, ainsi que notre Fabulous Fab national. Selon la SEC, Goldman Sachs et Fabrice Tourre ont fait «des déclarations trompeuses et passé sous silence des faits essentiels sur certains produits financiers liés aux prêts subprime, au moment où le marché de l'immobilier d'habitation américain commençait à chuter» en 2007.

 

Fabulous Fab était un brillant élève dans les matières scientifiques, comme beaucoup de Français travaillant dans les salles de marché. Centralien diplômé de Stanford passé par les prestigieux lycées Henri-IV et Louis-le-Grand, il est entré chez Goldman Sachs en 2001.

Il résidait dans un bel appartement du quartier de Wall Street, qu'il louait 4.000 dollars par mois, en parfait golden boy. Fabrice Tourre est actuellement executive director au sein de Goldman Sachs International, la filiale londonienne de la banque d'investissement américaine. Selonle Wall Street Journal, Fabrice Tourre a décidé de prendre un peu de vacances sans donner de date de retour.

 

Selon "Les Echos", il aurait gagné 2 millions de dollars en 2007.

Le Monde précise : D'après un opérateur de fonds spéculatif qui l'a côtoyé, "c'est un type sympa, mais qui estime qu'il est l'être le plus doué au monde".

 

Je pense, moi, que ce monsieur est un délinquant, bien plus dangereux que les petits dealers des cités qu'on aime nous montrer à le télévision.

Question d'appréciation.

 

 

Quelques blogs sur la finance pour aller plus loin, sans s'ennuyer : Les Cracks en action, Paul Jorion, Warrant marrant, Citoyen Actif

Un article du Rimbusblog

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
Pas de jugement SVP . Cela ne sert à rien. Par contre la description des modèles utilisés par les institutions financières me parait essentielle pour comprendre les mécanismes qui ont conduit à la crise. Une interview vidéo sur mediapart de ce trader me parait indispensable. Ecoutons le .

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne

L'auteur

Le blog

suivi par 57 abonnés

Rimbus chez Mediapart