Quelle victoire en Afghanistan ?

New York Times, le frère du président, Ahmad Wali Karzaï serait lui aussi impliqué dans le trafic d'opium, tout en étant rémunéré par la CIA.

Mais cela n'empêche pas Nicolas Sarkozy de dire que "La France restera engagée aux côtés du peuple afghan et de son futur gouvernement" et d'approuver le résultat de l'élection : un "processus rigoureux qui fait honneur à l'Afghanistan" selon lui.

Pourtant, l'envoyé de l'ONU américain, Peter Galbraith, avait été démis de ses fonctions en septembre, officiellement pour avoir affirmé que jusqu'à 30% des bulletins de vote en faveur du président sortant Karzaï étaient frauduleux. Selon une dépèche AFP, l'élection de Karzaï ne faisait pas l'unanimité aux Etats-Unis.

 

Jeune Afrique a publié il y a un mois un article très complet sur le président Afghan :

"Karzaï s’accroche à son fauteuil. Pourtant, à bientôt 52 ans, il est usé par le pouvoir. (...) Surtout, il est très seul. Trop, sans doute, pour accomplir une tâche qui, manifestement, le dépasse. « Il est stressé, sur les nerfs et bourré de tics », se désole l’un de ses conseillers. Il tourne en rond dans le Gul Khana, ce « palais des roses » devenu une sorte de bunker dont il ne sort presque jamais tant il a peur des attentats. Pour se dégourdir les jambes, il en est réduit à l’arpenter en tous sens… (…) Aujourd’hui, les membres du Hezb-e-Islami, le parti fondamentaliste de Gulbuddin Hekmatyar, proche des talibans, gravitent autour de lui."

Tiens, Hekmatyar... le chef de guerre qui a revendiqué l'attaque d'Uzbin. Son influence était aussi mentionnée dans Courrier International du 3 novembre : "Il ne serait pas étonnant qu’un arrangement soit conclu dans un futur très proche avec le puissant Gulbuddin Hekmatyar".

 

On est en droit de ce demander ce que sera cette "victoire" tant attendue par les chefs de la coalition occidentale, si elle se traduit par le retour au pouvoir de chefs fondamentalistes et des trafiquants d'opium, alliés à un président faible dont l'élection est entachée de fraudes. Huit ans de guerre pour obtenir ce résultat... Belle victoire, effectivement, de la liberté et de la démocratie.

 

Un article du Rimbusblog

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.