rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 avr. 2014

La bombe atomique, symbole de la Ve République

Alors qu'on nous bassine avec ce déficit qu'il faut résorber, cette règle d'or à laquelle — il n'y a pas d'autre alternative aurait dit Margaret — nous devons nous soumettre, cette Allemagne qu'on nous montre en modèle, alors que le gouvernement français traque les gaspillages, il y a un sanctuaire que tout le monde connait, mais que seuls de rares blasphémateurs osent remettre en cause : c'est la force de dissuasion nucléaire.

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors qu'on nous bassine avec ce déficit qu'il faut résorber, cette règle d'or à laquelle — il n'y a pas d'autre alternative aurait dit Margaret — nous devons nous soumettre, cette Allemagne qu'on nous montre en modèle, alors que le gouvernement français traque les gaspillages, il y a un sanctuaire que tout le monde connait, mais que seuls de rares blasphémateurs osent remettre en cause : c'est la force de dissuasion nucléaire.

Paul Quilès, ancien ministre de la défense de François Mitterrand, est de ceux-là, mais aussi Michel Rocard.

Il est difficile d'évaluer le coût de cette force de dissuasion, aux alentours de 4 milliards d'euros par an semble-t-il. Mais une chose est sûre, c'est qu'elle ne nous sert à rien. Dans une France Gaulliste, celle-ci pouvait se comprendre. La France était alors le champion des pays non-alignés et de Gaulle allait même défier les USA sur leur continent ("vive le Quebec libre, vive le Québec français, vive la France"). L'arme nucléaire marquait l'indépendance de notre pays qui se rêvait encore comme une des grandes nations du monde.

Tout ceci est terminé.

La France du XXIe siècle est soumise à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord, comme une fidèle vassale des USA qui assurent sa protection. Notre arsenal ne pèse rien dans le dispositif nucléaire américain.
Par contre, le modèle de bonne gestion, le pays le plus puissant d'Europe, l'Allemagne, fait lui cette économie de l'arme nucléaire.
Il nous faut tout faire comme l'Allemagne sauf en ce qui concerne l'arme nucléaire.

Cette poignée de milliards, concédée à la danseuse de  la République, la force de dissuasion n'est pas autre chose, ne saurait rentrer dans le plan d'austérité actuellement en discussion (enfin, façon de parler).
Pardon, il faut dire le Pacte de responsabilité, ou de solidarité, je ne sais plus… il y a tellement de pactes, de nos jours… Comme disait Jean Jaurès, quand on ne peut plus changer les choses, on change les mots.

Mais revenons à notre sujet.

Au delà d'une hypothétique protection (les guerres indo-pakistanaises nous rappellent ce qu'il y a de mensonger dans l'appellation "dissuasion") l'arme nucléaire symbolise en réalité le pouvoir monarchique de notre Ve République. C'est bien le monarque présidentiel qui seul décide de son usage apocalyptique. En créant la force de dissuasion nucléaire, de Gaulle donnait un sceptre à son pouvoir.
La Ve République, achevée par le quinquennat qui renforce encore son absolutisme, ne saurait se passer de ce symbole du pouvoir absolu confié aux mains d'un seul. Un sceptre à quatre milliards, au bas mot.

Vive la République, mais la Sixième, si possible.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI