rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 mars 2009

Chronique de la guerre contre le projet Hadopi

Avant de commencer, voici une arme nécessaire à chaque cyberésistant, une manière très simple de brouiller son adresse IP pour garder son anonymat sur Internet:

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant de commencer, voici une arme nécessaire à chaque cyberésistant, une manière très simple de brouiller son adresse IP pour garder son anonymat sur Internet: connectez vous sur un des sites ci-dessous, et rentrez l'adresse du site que vous voulez visiter anonymement.
anonymizer.nntime.com publicproxyserversxroxy.comproxywebsites.biznaviguer.ca

D'autres services permettent de s'attribuer une adresse mail éphémère, ou de choisir le système TOR pour un brouillage permanent de l'adresse IP. Tous les détails sont expliqués sur le site Linux Manua.
On y trouve entre autres cette citation de Mike Godwin (l'inventeur du fameux "point Godwin") : « Je suis tout le temps soucieux au sujet de mon enfant et d'Internet, bien qu'elle soit encore trop jeune pour se connecter. Voilà ce qui m'inquiète. Je redoute que dans 10 ou 15 ans elle vienne me voir et me demande "Papa, où étais-tu quand ils ont supprimé la liberté de la presse sur Internet ?" », une variation de celle d'Albert Einstein : "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire."


La censure du gouvernement dénoncée !

Le site @rrêt sur Images s'arrête sur la censure de l'interview de la secrétaire d'Etat à l'Economie numérique Nathalie Kosciusko-Morizet, parue sur lefigaro.fr vendredi 20 mars. Oui, nous révèle Sophie Gindensperger, Matignon a relu cette copie et l'a expurgée de tout ce qui peut gêner Christine Albanel dans son combat liberticide. Le rimbusblog se devait d'en faire profiter ses lecteurs (ceux qui ne sont pas encore abonnés à @si, les pauvres) :
• à propos de la plainte de N. Morano contre Dailymotion :
"Personnellement je n’aurais pas porté plainte. Ce qui m’embête c’est que lorsqu’on a que cela dans l’actualité, on ne parle que des risques ou des problèmes liés à Internet, pas de choses positives."
• Sa position sur le projet de loi :
"Cette loi a été préparée avant que j’arrive à ce poste. Mon ministère n’a à aucun moment été associé à sa conception. Depuis, on m’a dit de manière constante qu’elle relevait exclusivement du ministère de la Culture, qui peut avoir une très grande susceptibilité quant à son champ d’action. Il faut comprendre que les arbitrages de la loi ont lieu dans des réunions auxquelles je ne suis pas invitée. Ce qui ne veut pas dire que je me désintéresse du débat. Je passe beaucoup de temps à faire de la veille sur Internet.
La discussion à l’Assemblée ne se fait pas dans de bonnes conditions. (...) Dès lors, on est dans la pire des situations, c’est pour cela que c’est difficile."
• Sur l'efficacité de la loi :
"Beaucoup de gens s’arrêteront de télécharger après avoir reçu un premier avertissement par mail. Cela étant, il y aura évidemment des gens assez forts pour masquer leur adresse IP et échapper aux contrôles. Moi-même je sais comment faire !"
(grâce au Rimbusblog et à Linux Manua, vous aussi).

Buvons un coup à la santé d'Albanel !

Afin de sensibiliser les internautes et les bons buveurs aux problèmes posés par la loi Création et Internet et la riposte graduée, un vigneron, qui s'offre au passage un coup de pub bien mérité, a lancé dimanche une "cuvée Hadopi". Issue du domaine Berenas (Languedoc Roussillon), la cuvée se décline en vin blanc (Chardonnay, Sauvignon) et en vin rouge (Cabernet Sauvignon, Carignan), avec une édition limitée à 1000 bouteilles vendues 8 euros chacune, dont l'ensemble des profits iront au collectif La Quadrature du Net, pour lui permettre de continuer à alerter et défendre les citoyens. "Chacun a une bonne raison de s'opposer à la loi Hadopi... et de le faire savoir autour de lui. Parlez-en autour de vous et trinquez à la liberté avant que la liberté ne trinque", explique le vigneron sur son site.

Les principes d'Hadopi reculent dans le monde :

La Nouvelle-Zélande, comme la Grande-Bretagne ou l'Allemagne il y a quelques semaines, recule dans le projet similaire à la loi Création et Internet, dite Hadopi, défendue par le gouvernement français. Keith Davidson, le directeur général d'InternetNZ , l'une des associations membres de l'ISOC (Internet Society) et militant pour la protection de l'Internet, a immédiatement salué cette décision :
"La Nouvelle-Zélande a échappé de peu au statut de souris de laboratoire pour cette approche et de précédent pour ceux qui la soutiennent, couper un accès à l'Internet a toujours été une réponse disproportionnée à une atteinte au droit d'auteur. Forcer les FAI et d'autres organisations à être à la fois les juges et les bourreaux dans les procédures d'infraction au droit d'auteur ne sera jamais une procédure acceptable".

François Bayrou est contre Hadopi :

"La loi qu'on est en train de voter est une loi régressive", a-t-il estimé. "Je ne la voterai pas parce que je pense qu'elle n'a pas répondu aux questions qui se posent et notamment aux questions de ce grand changement de modèle culturel qu'on est en train de vivre avec Internet".
Le leader centriste s'inquiète aussi des dérives du pouvoir : "Je pense que les choses peuvent se dégrader profondément entre les citoyens français et le pouvoir", a-t-il ainsi prédit. "Je pense que la manière dont un certain nombre de décisions sont prises est une manière qui pour beaucoup de Français pose problème aujourd'hui. Je pense que tous les pouvoirs entre les mêmes mains sans aucune exception, et une entreprise continue, progressive de prise de contrôle de la société française pose problème à beaucoup de français de tous bords".
(source Numerama)

Les principaux* éditeurs du web contre Hadopi

Le syndicat des grands éditeurs du web dénoncent l’opacité de l’attribution du label « offre légale » et le déséquilibre qu’il va entraîner dans l’industrie des services en ligne. « inconstitutionnelle, opaque et anticoncurrentielle » : le moins qu’on puisse dire, c’est que les grands noms de l’édition et du commerce en ligne français ne mâchent pas leurs mots ! C’est ainsi qu’ils qualifient en effet la volonté du gouvernement de faire le tri, dans le cadre de la loi Hadopi, entre ce qui sera considéré comme une offre légale, et aura droit à un précieux macaron officiel, et ce qui sera considéré comme une offre illégale, et sera vouée à la suspicion.

* Google France, Dailymotion, Microsoft France, AOL France, Yahoo France, France Telecom/Orange, en passant par des plus discrets comme 20 minutes, Direct8, Auchan direct, PriceMinister, MySpace, Skyblog, Wikimedia France, Yahoo France, Bouygues Telecom, Chapitre.com, Grosbill, Jet Multimedia, Lemonde.fr, 01net, Paypal France, Maximiles, Prisma Presse, Bayard Presse, Libération, Les Échos, UFC-Que choisir…
(source SVM)

Un article publié sur le Rimbusblog.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart