pour Daniel Schneidermann, les journalistes ne sont pas libres

Une émission de fond de France Inter (une heure) dans laquelle Daniel Schneidermann parle de son site @rrêt sur Images, de l'interactivité qu'il entretient avec ses lecteurs sur le forum des abonnés, et de ses rapports avec les médias traditionnels. Il était invité par Guillaume Erner dans son émission "Souriez vous êtes informés".
Souriez vous êtes informés Daniel Schneidermann © France Inter
Souriez vous êtes informés Daniel Schneidermann © France Inter

Une émission de fond de France Inter (une heure) dans laquelle Daniel Schneidermann parle de son site @rrêt sur Images, de l'interactivité qu'il entretient avec ses lecteurs sur le forum des abonnés, et de ses rapports avec les médias traditionnels. Il était invité par Guillaume Erner dans son émission "Souriez vous êtes informés".

Effectivement le forum d'@rrêt sur images est stimulant, riche en informations complémentaires, rectificatives, sur le contenu des émissions.

Souvent j'y participe et certains de mes commentaires sont à l'origine des billets de ce blog ; comme le précédent billet, issu d'un commentaire faisant suite à l'excellente émission de la semaine dernière sur le Mediator, avec Bruno Toussaint de la revue Prescrire, et Stéphane Horel, la réalisatrice du documentaire (et livre) "Les Médicamenteurs".

 

Schneidermann lit les forums, il écrit des articles en réaction à leurs contenus, crée ainsi une véritable interactivité avec ses abonnés. Après être passé par la télévision, la presse écrite (Le Monde, Libération), il affirme qu'Internet est le média le plus puissant, selon lui.

 

Il évoque Edwy Plenel, ses divergences avec lui à l'époque du Monde, de leur cause commune au sein du Spiil (syndicat de la presse indépendante d’information en ligne), de leur vision du journalisme, de l'éthique de la profession. Un passage que les abonnés de Médiapart découvriront avec intérêt, à n'en pas douter !

 

Les abonnés d'@rrêt sur images, écouteront avec plaisir Daniel revenir sur ces affaires qu'il a traité sur le site (Wikileaks, l'affaire Siné…) ou s'exprimer sur les affaires actuelles (nomination de Demorand à Libé).

 

Schneidermann est-il un , l'occasion d'évoquer la liberté d'expression et l'autocensure nourrie de conflits d'intérêt.

 

Il conclut "Non, les journalistes Français ne sont pas libres d'écrire ce qu'ils savent, ni ce qu'ils veulent".

 

Un constat sans complaisance, du grand Schneidermann !

 

un article du Rimbusblog

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.