rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 juin 2009

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Mystère Marin d'un panier de crabes

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Claude Thévenet, la balance qui a pondu le rapport Nautilus (mis en ligne sur Intox2007) révèlant le Karachigate, est une personne controversée. Voilà ce qu'en dit le "Pacha" de secret défense :

Il s'agit de Claude Thévenet, 59 ans, directeur de plusieurs sociétés d'"intelligence économique", comme il est poli de dire. Il s'agit en réalité d'officines plus ou moins barbouzardes, comme MJM Partners ou TPM International, hébergée aux Champs-Elysées. Thévenet est un ancien policier de la DST (contre-espionnage) qui a quitté le service en 1991, il y a dix-huit ans. Il a alors créé plusieurs sociétés, notamment avec un ancien de la DGSE Michel Mauchand. Ils obtiennent, par exemple, un contrat pour la sécurisation du site de Kourou en Guyane.

Dans ces activités professionnelles, Claude Thévenet a eu des sérieux ennuis avec la justice. Il a ainsi été condamné en 2008 à verser 30.000 euros de dommages et intérêts à un couple de Lyonnais qu'il avait espionné pour le compte d'une entreprise. Il est par ailleurs mis en examen pour "corruption active", "recel de violation du secret professionnel et du secret de l'instruction" dans la cadre d'un contrat passé avec la société DCNI, la branche internationale de DCN (Direction des constructions navales). Il était alors en affaire avec Gérard-Philippe Menayas, directeur financier de DCNI - qui a depuis lors quitté DCN en assez mauvais termes.

C'est ce même Gérard-Philippe Menayas qui lui aurait commandé le rapport baptisé Nautilus. Remis le 11 septembre (sic) 2002, ce document de trois pages a été transmis aux juges d'instruction de l'attentat de Karachi, en octobre dernier comme le racontait Le Point, fin 2008. Claude Thévenet est l'auteur de ce rapport qui pointe les commissions non versées.

Un article du Monde, du 2 février 2008, cite ces personnages dans une enquête plus détaillée qui va créer des remous. Le parquet de Paris dispose d’éléments qui suggèrent l’implication de la société DCN, aujourd’hui DCNS, premier constructeur français de porte-avions, sous-marins et autres frégates, dans des opérations de corruption pour acquérir des documents judiciaires et fiscaux.

Selon les enquêteurs, le grand groupe d’armement aurait eu recours aux services de sociétés d’intelligence économique, gérées par d’ex-membres des services secrets français, pour se procurer des pièces de procédures judiciaires liées à des affaires, comme Clearstream ou les frégates de Taïwan, et pour enquêter sur l’entourage de magistrats, tels que le juge Renaud Van Ruymbeke ou le juge Paul Perraudin en Suisse, mais aussi sur l’entourage de personnalités politiques...

But avoué, dans un courrier daté du 10 janvier 2002 : "Entrer en contact avec les avocats et experts désignés par la partie adverse, et d’en soutirer le maximum d’informations." D’après un échange de courriers saisis par les enquêteurs, la société Eurolux Gestion, basée au Luxembourg, est chargée par la DCNI, la branche commerciale de la DCN d’investiguer sur la procédure judiciaire et le contentieux financier lié à l’affaire des frégates de Taïwan, construites par la DCN. Un dossier dans lequel Taïwan réclame 1,2 milliard de dollars à la France. C’est Gérard-Philippe Menayas, alors directeur financier et administratif de DCNI, qui signe les courriers.

A cet effet, une deuxième mission est lancée, qui répond au nom de code, selon les policiers, de "Lustucru". Pour satisfaire la DCNI, Eurolux Gestion va avoir recours aux services d’une société d’intelligence économique, MJM Partners, une société fondée par Michel Mauchand, 67 ans, un ancien de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), et Claude Thevenet, 58 ans, qui œuvrait, lui, à la direction de la surveillance du territoire (DST).

Lors d’une perquisition chez Armaris, la structure d’exportation de DCNS, les policiers tombent sur des copies d’auditions du dossier Clearstream, dont celle de Renaud van Ruymbeke. Pour les enquêteurs, la DCNI a confié depuis 1994, successivement aux sociétés Heine, Eurolux et Armaris, des missions illégales de "lobbying". Un autre courrier de M. Menayas est saisi : "J’ai mis en place l’organisation financière et juridique appropriée en vue de la gestion des réseaux internationaux, aussi bien chez DCNI que par la suite chez Armaris." Un contrat de prestations de services, entre Eurolux et DCNI, signé le 20 juin 2000, en fait foi.

Randall Bennett, le chef du service de sécurité diplomatique américain au Pakistan, qui a aussi dirigé la cellule d’investigation chargée de retrouver le journaliste américain Daniel Pearl avait remis des photographies de l'attentat qui ont été détruites sur injonction de la Justice française (selon Libération).

On notera que l'enlèvement de Pearl est cité dans le rapport Nautilus comme un avertissement possible :Cet attentat suit plusieurs avertissements adressés localement au personnel diplomatique en charge de l'armement. Il s'agit notamment d'une bombe placée sous le véhicule de l'épouse d'un fonctionnaire, au mois de février 2002, sans que le détonateur ait été préalablement actionné.

L'enlèvement de Daniel Pearle, compte tenu de ses liens familiaux (sa femme est française et travaille pour RFI) et au regard des premiers textes de revendications (il est demandé aux occidentaux d'honorer leurs engagements sur des marchés d'armements, un texte cite le contrat des F l6 gelé par le département d'Etat) aurait pu également constituer un autre avertissement (recherche en cours).

Un troisième personnage, outre Thévenet et Menayas, semble essentiel dans ce circuit de commissions occultes qui agite le panier de crabe : Jean-Marie Boivin que Bakchich surnomme l'Alfred Sirven de l'armement. Boivin est au mieux avec le Premier ministre Jean-Claude Juncker, ainsi qu’avec l’ancien ministre luxembourgeois de l’Intérieur, Michel Wolter, qu’il invitera un jour à un mémorable safari en Afrique du sud. Aux frais de DCNI… Surtout, son amitié avec le Grand Duc du Luxembourg, avec qui il voyage en Suède, au Chili, au Brésil, lui sert de sauf conduit. Voire de passe-partout.

Jean Marie Boivin s’occupa brillamment de la face cachée des contrats à l’export. Il le fit via deux petites sociétés, Heine et Eurolux Gestion, créées au Luxembourg, véritable boite noire des contrats de frégates des années 90. Heine était utilisée avant la mise en place de la convention de l’OCDE, qui interdit de graisser la patte à des ministres ou fonctionnaires étrangers. Après l’entrée en vigueur de ce texte international, la structure Eurolux a été créée. « Après 2002, Eurolux a servi à contourner la mise en place de la convention OCDE de lutte contre la corruption », a expliqué l’un des mis en examen dans le dossier, comme l’a rapporté Le Monde. (d'après Bakchich)

Compliqué n'est-ce pas ? Cette information permet de relier tout ce petit monde jusqu'au sommet de l'état :
«Un document chronologique (1994-2004) d'une page, non daté ni signé, retrace, notamment, de manière succincte et imprécise, les circonstances de la création de la société Heine fin 1994», écrit le procureur Jean-Claude Marin. Ce document, «mentionnant l'aval du directeur de cabinet du Premier ministre (Nicolas Bazire) et celui du ministre du Budget ( Nicolas Sarkozy), laisse supposer des relations ambiguës avec les autorités politiques en faisant référence au financement de la campagne électorale d'Édouard Balladur pour l'élection présidentielle de 1995», ajoute-t-il.
Mais dans son rapport, le procureur propose d'exclure du champ de l'information judiciaire à ouvrir cet aspect du dossier. À l'appui de cette position, Jean-Claude Marin fait valoir «l'ancienneté des faits».
On ne manquera pas de remercier le procureur Marin.

Un article du Rimbusblog

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon