rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 mai 2010

Jean-Louis Masson, la tactique sans éthique

 Dans un entretien filmé, le sénateur Masson explique que l'internaute doit assumer la reponsabilité de ses écrits, comme tout rédacteur, dont celui de tract, précise-t-il, cette position motivant sa proposition de loi interdisant l'anonymat des blogueurs. Il énonce dans une formule sybilline "On en arrive presque à ce que ça soit les gens diffamés qui sont responsables de pas se laisser diffamer"... Il conclut : "sur Internet, il y a des gens qui font n'importe quoi, dans un but malhonnête, il faut les sanctionner".

rimbus
Mécréant et apostat
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Jean-Christophe Dupuis-Rémond
© Jean-Christophe Dupuis-Rémond
© Jean-Christophe Dupuis-Rémond

Dans un entretien filmé, le sénateur Masson explique que l'internaute doit assumer la reponsabilité de ses écrits, comme tout rédacteur, dont celui de tract, précise-t-il, cette position motivant sa proposition de loi interdisant l'anonymat des blogueurs. Il énonce dans une formule sybilline "On en arrive presque à ce que ça soit les gens diffamés qui sont responsables de pas se laisser diffamer"... Il conclut : "sur Internet, il y a des gens qui font n'importe quoi, dans un but malhonnête, il faut les sanctionner".

En lisant Stéphanie Hancq sur Le Nouvel Obs, on en apprend de belles sur le sens de l'éthique de monsieur Masson, qui juge certains des élus de sa région comme "pas très clairs, voire malhonnêtes, ou malfaisants".

Il faut reconnaître que monsieur Masson est un fin tactitien, clair, honnête et bienveillant, enfin presque :

En 1983, il fait imprimer des tracts anonymes diffamatoires à son encontre, pour faire porter le chapeau à son adversaire aux municipales de Metz et passer pour une pauvre victime. Démasqué, il devra retirer sa candidature.

En décembre 1997, aux législatives, il finance une fausse candidature s'opposant à sa liste, pour plomber son adversaire véritable. Il sera encore une fois démasqué, et condamné à un an d'inéligibilité alors qu'il venait d'être réélu comme député de la 3ème circonscription de la Moselle.

Le sénateur Masson doit s'imaginer que chaque blogueur est un génie de la machination, des coups tordus, des procédés les plus vils, à l'image de lui-même en quelque sorte. (J'exprime cette réflexion en tremblant, mon point de vue est-il honnête, tirer une conclusion d'ordre moral des conséquences d'une décision de justice, est-ce autorisé ?)

Mais monsieur le sénateur fait beaucoup d'honneur aux petits blogueurs anonymes, qui n'ont pas ce sens de la manipulation qui caractérise son parcours. Non, monsieur le sénateur, nous ne sommes que des médiocres, et non pas comme vous des élus de la République, que la valeur et le sens de l'éthique hissent au rôle de législateurs, gardiens de la morale et des mœurs.

Remercions la démocratie de nous offrir des élus si exemplaires.

Un article du Rimbusblog

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement