rizzo
Intermittent du savoir
Abonné·e de Mediapart

68 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 oct. 2008

rizzo
Intermittent du savoir
Abonné·e de Mediapart

La mafia napolitaine fait un exemple avec l'assassinat de 6 africains

Jeudi 18 septembre 2008, un message mortel a été délivré à la communauté africaine vivant sur les terres de la Camorra. Les messagers : 6 soldats de la mafia, vêtus de gilets de la police et armés jusqu'aux dents. Les destinataires : 6 africains originaires du Ghana, du Libéria et du Togo travaillant dans un atelier de couture, abattus au fusil automatique kalashnikov et au pistolet mitrailleur Uzi.

rizzo
Intermittent du savoir
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jeudi 18 septembre 2008, un message mortel a été délivré à la communauté africaine vivant sur les terres de la Camorra. Les messagers : 6 soldats de la mafia, vêtus de gilets de la police et armés jusqu'aux dents. Les destinataires : 6 africains originaires du Ghana, du Libéria et du Togo travaillant dans un atelier de couture, abattus au fusil automatique kalashnikov et au pistolet mitrailleur Uzi.

Après la communauté Rom dont elle a brûlé les abris de fortune dans les bidonvilles, l'organisation criminelle poursuit son tour des communautés que la mondialisation a installées sur son territoire.

La communauté africaine est sous la coupe des Nigérians, présents dans la région de Naples depuis les années 80. Les Nigérians organisent l'immigration clandestine des Africains, à qui ils offrent un aller gratuit vers l'Italie s'ils acceptent detransporter de la drogue. Ce fut d'abord de l'héroïne, c'est maintenant plutôt de la cocaïne et des méta-amphétamines, qui transitent par l'Afrique à cause du renforcement des contrôles aux frontières de l'Union européenne. Une fois sur place, les Africains participent au contrôle du marché de la prostitution, à la vente des produits stupéfiants au détail, mais aussi... aux activités « légales » comme la confection.

Les Nigérians en Campanie ont fini par devenir de sérieux concurrents pour la Camorra. Les premiers affrontements avec le clan des Casalesi ont eu lieu à partir de 1986. Cette année-là, six Africains furent blessés en guise d'avertissement, puis un accord fut trouvé : les Nigérians auraient l'autorisation de vendre de la drogue à condition de payer le pizzo, l'impôt mafieux. En 1990, en tentant d'étendre leur zone de vente, les Nigérians se heurtèrent à nouveau aux Casalesi. Sept Nigérians y laissèrent la vie.

Ces dernières années, beaucoup crurent que les condamnations des « boss » historiques Schiavone et Bigdognetti et les cavales de patrons importants comme Zagaria et Iovine, avaient affaibli le clan Casalesi. La réaction fut prompte et sanglante. Un vieil homme de 78 ans, père d’un repenti qui avait déclaré que les camorristes étaient « tous des bouffons », fut exécuté. Puis ce fut un homme qui avait dénoncé ses racketteurs, puis un entrepreneur trop bavard avec les magistrats. La loi du silence en sortit raffermie. Les concurrents furent rappelés à l'ordre avec le meurtre de plusieurs ressortissants des pays de l'Est qui s'étaient montrés trop indépendants. Ainsi, loin d'être affaibli, le clan s'était réorganisé. Aux « anciens » les activités plus discrètes (les appels d'offre concernant le ramassage et le traitement des déchets, les activités de recyclage de l'argent dans les industries du Nord de l'Italie et à l'étranger), aux « jeunes pousses » les activités plus voyantes et violentes (le contrôle du territoire, l'argent du racket et du trafic de stupéfiants). Ce sont ces derniers qui remettent au pas ceux qui tentent de leur échapper.

Face à ces assassinats de personnes certes dans l'illégalité, mais ne menant aucune activité criminelle, l'Etat est obligé d'intervenir. Comme avec l'affaire des poubelles, il s'appuie sur l'armée. Il y a fort à parier pour que cela n'apportera rien de bien nouveau. Des écoutes téléphoniques menées en 2003 ont montré que les Casalesi disposaient de « bons contacts » à la mairie de Parme, notamment avec un collaborateur de Pietro Lunardi, le ministre des transports du gouvernement Berlusconi, qui avait déclaré : « la mafia a toujours existé, il faut cohabiter avec elle ». La cohabitation est sans doute plus facile vue d'un cabinet ministériel que d'un atelier africain de confection des environs de Naples.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co