DSK relaxé: une victoire des droits... de l'homme

Accusé de proxénétisme aggravé en bande organisée, l’ancien dirécteur général du FMI a été relaxé dans le procès dit du Carlton de Lille, le tribunal ayant estimé que Dominique Strauss-Kahn a eu « un comportement de client non répréhensible par la loi pénale »

Accusé de proxénétisme aggravé en bande organisée, l’ancien dirécteur général du FMI a été relaxé dans le procès dit du Carlton de Lille, le tribunal ayant estimé que Dominique Strauss-Kahn a eu « un comportement de client non répréhensible par la loi pénale » Anne Crenier-Vaudano, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature, Séverine Tessier, auteure de « Combattre la corruption » et Fabrice Rizzoli, spécialiste de la criminalité, s’interrogent sur le climat d’impunité qui a entouré ce procès et s’alarment de la difficile prise en compte des violences subies par les prostituées.

A l’issue du procès du Carlton, les véritables coupables étaient  désignés : les juges d’instruction et une partie des media qui avaient pris au sérieux les accusations des prostituées. Certains ont suggéré  un  coupable plus insidieux : le voyeur tapi au fond de chacun de nous… . La mécanique rodée de la défense avait atteint son but : inverser la culpabilité, processus bien connu des procès de violences sexuelles dans lesquels le coupable se perçoit innocent alors que la victime, elle, se ressent coupable.

La suite : Tribune Causette : DSK relaxé : une victoire des droits... de l'homme

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.