Lutte contre la grande criminalité : quelle place pour la société civile ?

Alors que le blanchiment et la délinquance en col blanc sont frappés du sceau de l'impunité, quelles sont les outils qui peuvent inverser la tendance? Et alors que la lutte contre la criminalité des professionnels doit demeurer un prérogative régalienne en vertu du monopole de la violence légitime, quelle place donner aux citoyens dans ce combat?

Le Collectif Roosevelt et Crim'HALT  vous invitent à la conférence-débat organisée le 26 mai (ce soir) autour de Fabrice Rizzoli sur la question "De la mafia à l'évasion fiscale : quelle place pour la société civile ?".

Il s’agira, à cette occasion, d’échanger sur la nature de la grande criminalité, de la situation française et des solutions qui peuvent être envisagées, parmi lesquelles l’usage social des biens confisqués.

Docteur en sciences politiques et président de Crim'HALT, association qui milite pour une loi en faveur de la réutilisation à usage social des biens confisqués, Fabrice Rizzoli est l'auteur de La mafia de A à Z (disponible chez Tim Buctu éditions).


Rendez-vous le 26 mai à 19h30

Dans les locaux de l’AGECA, 177 rue de Charonne (Paris 11ème) 

Métros : Alexandre Dumas (M2), Charonne (M9)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.