En grève

Pourquoi je me suis mis en grève ce jeudi 3 mai.

Je suis en grève à compter d'aujourd'hui jeudi 3 mai. Après une année abîmée, parce que face à un gouvernement décidant unilatéralement de barrer la route des études supérieures à des milliers ou des dizaines de milliers de bacheliers, il n'a pas été possible de faire autrement pour créer les espaces de discussion nécessaires et commencer à instaurer un rapport de force. Parce que la tenue des partiels dans ces conditions est la négation d'une évaluation du travail universitaire digne de ce nom. Parce que sélectionner nos étudiants parmi les lycéens est la négation de notre vocation à accueillir tous les bacheliers souhaitant rejoindre nos formations. Parce que je refuse que les moyens qui nous font défaut soient le moyen d'un chantage du gouvernement aux universités. Parce que je refuse que nos étudiant.e.s soient arrêté.e.s, matraqué.e.s, insulté.e.s, emprisonné.e.s. Parce qu'il faut sortir du déni et arrêter de cautionner, par notre inaction, ce qui est et restera inacceptable même si nous échouons à l'empêcher.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.