Monsieur Rebsamen découvre les chômeurs

Monsieur Rebsamen découvre enfin les chômeurs. Cachés sous les tapis de son ministère, ils fraudaient. C'est sans doute ce qui explique que le chômage ne cesse de monter sous sa responsabilité, comme sous la responsabilité de Sapin avant lui, et comme sous la responsabilité des gouvernements de gauche et de droite depuis plus de quarante ans.

Monsieur Rebsamen découvre enfin les chômeurs. Cachés sous les tapis de son ministère, ils fraudaient. C'est sans doute ce qui explique que le chômage ne cesse de monter sous sa responsabilité, comme sous la responsabilité de Sapin avant lui, et comme sous la responsabilité des gouvernements de gauche et de droite depuis plus de quarante ans.

Enfin Monsieur Rebsamen, qui se disait de gauche il fut un temps, soulève le tapis de son ministère et que voit-il ? Des chômeurs, des chômeuses et des précaires. Bien planqués, au chaud, sous ses pieds, là où il ne regarde jamais vu qu'il ne se déplace qu'en voiture avec chauffeur depuis au moins aussi longtemps que le chômage existe. Il réclame donc, comme tous les ministres de droite avant lui, un "renforcement des contrôles" et des "sanctions" contre les celles et ceux qui se cachent sous les tapis des ministères. En fait, il avait préparé son coup, il avait fait mettre à l'étude la mesure par Pôle emploi il y a quelques mois déjà. Ne reste plus qu'à.

Non, ne riez pas, ce n'est pas une blague. Contre le chômage on a tout essayé depuis quarante ans, sauf le renforcement des contrôles et les sanctions. Le plus drôle - si l'on peut dire - c'est que depuis que l'on renforce ainsi les contrôles et les sanctions, le chômage, lui, il s'en fout. Et on frémit à la pensée qui vient à l'esprit : "Jusqu'où ira-t-on ?" Parce que moi, je vous le dis, contre les chômeurs cachés sous les tapis des ministères, on n'a pas encore essayé la peine de mort. Bon, c'est contraire à la loi, mais on peut essayer la prison à vie puisque de toute façon le chômage à vie est déjà une réalité pour certains.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.