Robert Joumard
citoyen
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 avr. 2022

Moins d'un Français sur cinq a voté É. Macron

De quelle légitimité et de quel soutien le nouveau président dispose-t-il ? Les chiffres publiés sont souvent trompeurs. Les résultats sont pourtant clairs.

Robert Joumard
citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Emmanuel Macron a été réélu président de la République avec 58,54% des voix" : sûr ?

C'est sans tenir compte des électeurs inscrits qui ont voté blanc ou nul (3,0 millions), des électeurs inscrits qui se sont abstenus (13,7 millions), et des Français majeurs qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales (2,2 millions). Or ces trois dernières catégories de Français – qui sont donc 18,9 millions – sont tout autant Français que les 18,8 millions qui ont voté É. Macron ou les 13,3 millions qui ont voté M. Le Pen le 24 avril dernier.

Si É. Macron a bien été élu par 58,5 % des votes exprimés au second tour des élections présidentielles, ses électeurs ne représentent que 38,5 % des inscrits et 36,8 % des citoyens potentiellement électeurs (Français majeurs résidant en France et inscrits à l'étranger). En 2017, ces pourcentages étaient respectivement de 66,1, 43,6 et 39,2 % : É. Macron est donc moins bien élu que cinq ans plus tôt, perdant près de 12 % des votes exprimés ou des inscrits, et près de 6 % des citoyens potentiellement électeurs.

É. Macron peut-il compter sur tous les électeurs qui ont voté pour lui au second tour ? Le soutiendront-ils ? Rien n'est moins sûr, car nombre d'entre eux n'ont pas mis un bulletin de soutien ou d'accord avec le nouveau président, mais un bulletin de rejet de la candidate du Rassemblement national. C'est le premier tour qui permet de savoir de quel soutien dispose le président, combien de Français sont d'accord avec son projet. Or au premier tour, si É. Macron a obtenu 27,8 % des votes exprimés, seuls 20,1 % des inscrits ont voté pour lui, et 19,2 % des citoyens potentiellement électeurs : un citoyen français sur cinq seulement a soutenu le projet d'É. Macron. C'est un peu mieux qu'en 2017, où ces chiffres se montaient respectivement à 24,0, 18,2 et 16,4 %.

Mais cela reste très faible et pourrait se traduire par de très fortes oppositions à l'avenir à tel ou tel projet (ou absence de projet) du président, d'abord dans les urnes en juin prochain, et surtout dans la rue pendant les cinq longues années au cours desquelles la souveraineté du peuple – au fondement de notre système politique – est suspendue, mise entre parenthèses par le système électoral. Cette souveraineté ne pourra alors que s'exprimer ailleurs, et notamment dans la rue, avec la légitimité que lui auront donnée les chiffres des présidentielles que nous venons de voir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux