Assis

Le Mahatma Gandhi, dans une longue lutte appliquant sa doctrine de non-violence, maîtrise de soi et respect de la vérité, déclenchait en 1942 une grève générale pour contraindre les britanniques à quitter l'Inde. Elle gagna l'indépendance en 1947. Il avait dit la vérité..., il fut assassiné.

Le 17 novembre 1018, à l'appel du collectif Extinction Rebellion, 6 000 manifestants britanniques non-violents protestaient contre la dégradation du climat. Le mot d'ordre était de s'asseoir, ou de s'allonger à terre. Ils ont bloqué transitoirement la circulation sur 5 ponts de Londres.

 Le piéton est mobile et rapide.  En groupes volatils, ils crient, commettent des exactions, se confrontent aux policiers, s'égaillent ou s'enfuient. Sur son séant, l'assis s'est fixé, a pris paisiblement possession individuelle du terrain. Sur son petit territoire, rien de cassable, rien à voler. Lors d'une manifestation, cette consigne est une garantie de non-violence plus claire que porter un gilet jaune.

  La police ne peut que déraciner les récalcitrants en les transportant comme des sacs de patates dans les paniers à salade. Sans se discréditer, elle ne peut se permettre de brutalités.

 Alors, vous qui, convaincus et honnêtes, manifestez pour de bonnes causes, et craignez la fureur totalitaire des foules, démarquez-vous des casseurs et pilleurs, désormais facilement repérables. Ne leur accordez pas de protection en les noyant dans votre foule pacifique, et diffusez cette consigne :

 ASSEYEZ VOUS !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.