Robert Molimard

Professeur honoraire Médecine

Chevilly-Larue - France

Sa biographie
Né le 16/12/1927 à Cournon d'Auvergne (63). Lycée Blaise-Pascal à Clermont Ferrand, puis Faculté de Médecine de Paris. Interne médaille d'argent des Hôpitaux de Paris. Agrégé de Physiologie 1960. Enseignement à Poitiers, puis à La Faculté de Médecine de Bicêtre (Paris-Sud). Chef de service de Médecine Interne à l'Hôpital Max Fourestier à Nanterre en 1977. Je commençai à assurer personnellement des consultations pour aider les fumeurs à s'arrêter. Dans mon laboratoire de Médecine Expérimentale, j'ai cherché à comprendre les mécanismes de dépendance, tentant sans succès de rendre les rats dépendants au tabac ou à la nicotine. J'ai compris que la nicotine, utile chez l'Homme à l'installation de la dépendance, n'était pourtant pas une drogue recherchée par le fumeur. Cela me vaut un ostracisme. En 1983, j'ai fondé la Société d'Etude de la Dépendance Tabagique, devenue Société de Tabacologie, puis créé un enseignement universitaire de Tabacologie. J'ai longtemps présidé la Société. Elle a organisé au moins une réunion scientifique annuelle et offert des bourses de recherche. J'ai résisté aux pression de l'industrie pharmaceutique qui souhaitait un "partenariat". Mais un groupe, qui lui était lié, prit me contrôle de la Société en 2004 . On me proposa d'en devenir Président d'Honneur. Je refusait de cautionner cette dérive et partit. Je continuai jusqu'en 2010 l'organisation du Diplôme Interuniversitaire de Tabacologie, qui fut aussi repris par des tenants de l'Industrie. J'ai écrit deux ouvrages sur le tabac: "La Fume" et le "Petit manuel de Défume", qui n'ont pas eu de publicité, ni figuré sur un rayon de librairie. Je les ai traduits en espéranto, téléchargeables gratuitement sur mon site "www.tabac-humain.com". Membre du Formindep, je tiens une tribune libre "Altertabacologie" sur "www.formindep.fr" J'ai écrit "L'Homme, avatar de Dieu", publié par l'Harmattan, que j'ai traduit en espéranto.
Son blog
6 abonnés Le blog de Robert Molimard
Voir tous
  • Vers le matriarcat ?

    Par
    La 26 juin 2019 à France-Inter la philosophe Sylviane Agacinski critiquait le quasi consensus sur l'extension de la PMA à toutes les femmes. Qui ne la connaîtrait pas aurait pu penser à un plaidoyer pour "La Manif pour tous". Elle aborde un problème complexe, qui met en cause l'organisation des sociétés.
  • Le soutien ambigu de la République Populaire de Chine à l'esperanto

    Par
    On entend souvent : "Pour moi, ça c'est du chinois…". La Chine, bridée par sa langue réputée obscure, a toujours été tentée pas l'esperanto. Pourtant les régimes totalitaires finissent en général par persécuter les espérantistes. Quels mobiles politiques profonds la poussent à persévérer dans son soutien. Une poussée d'idéal humaniste ?
  • Spinoza et Vincent Lambert

    Par
    Faut-il arrêter de nourrir et d'hydrater Vincent Lambert, en coma depuis 11 ans ? La famille se déchire, les déclarations éthiques contradictoires remplissent les media. Que pourrait apporter à la réflexion la vision du monde de Spinoza ?
  • Tenté de voter blanc aux européennes ? Peut-on faire mieux ?

    Par
    Balkanisation des partis, défiance envers les élus. Déception et absence d'espoir poussent à s'abstenir ou mettre un bulletin blanc, attitudes purement négatives. Être positif serait voter sans prendre d'autre parti que promouvoir l'espéranto pour une meilleure compréhension entre les gens.
  • Le Sumo japonais, soutien de l'Espéranto, et arme contre la cigarette

    Par
    Pour la deuxième année consécutive, l'UEA a élu un asiatique "Espérantiste de l'année". Mr Jasuo HORI est japonais. Dans une interview accordée à la revue russe La Ondo de Esperanto[1], il explique qu'il utilise la lutte japonaise Sumo pour promouvoir la lecture en Espéranto. Serait-ce un moyen de favoriser l'apprentissage dans beaucoup d'autres domaines ?