Cambridge analytica , anxiété et barre à droite

Le monde devient très inquiétant, l'avenir angoissant. La réponse est un repli sécuritaire nationaliste et aveugle que savent exploiter des "sauveurs de peuples". Peut-on agir avec raison pour faire face aux menaces contre la survie de l'humanité, et tenter d'éviter les dérives fascisantes ?

Cambridge analytica, en analysant les 87 millions de données personnelles d'utilisateurs de Facebook ainsi que d'autres sources, a défini une trentaine de profils de personnalités. Ainsi, Donald Trump aurait peut-être été élu grâce à une campagne ciblant deux d'entre elles, angoissée et névrosée, particulièrement sensibles à la peur [1].

On attendait pour l'an 2000 des manifestations de peur millénariste, il n'en fut rien. La peur actuelle n'a pas pour cause une date symbolique. Les média, dont internet, diffusent en permanence des informations très alarmantes. Réchauffement de la planète et ses conséquences catastrophiques, accidents nucléaires, développement d'armes chimiques et biologiques de destruction de masse.  Agressée de partout, la population mondiale prend progressivement conscience qu'une véritable "fin du monde" approche, que la fin inexorable et cataclysmique de l'humanité est pour bientôt.

 

Différence entre la peur et l'angoisse.

Le physiologiste Cannon définissait trois types de réaction à une agression : 1.- to flight (fuir). La peur répond à une menace précise. Elle "donne des ailes" si l'on pense avoir une chance rationnelle d'échapper. 2.- to fight (combattre). Lorsque l'adversaire est identifiable et éventuellement à sa portée, la réponse rationnelle est de tenter de le neutraliser. Quand on peut agir, la peur n'existe pas. Sur un ring, le boxeur agit rationnellement pour placer ses coups. Focalisé sur le combat, il n'a pas peur, il ne sent même pas la douleur. 3.- to fright (être figé, paralysé). Mais lorsque la menace est diffuse, multiple, qu'on ne sait d'où peut venir le danger, on ressent autre chose que de la peur. C'est de l'angoisse. On est prêt à subir.

Les remèdes à l'angoisse ne sont pas rationnels. On nie le risque, comme le font les fumeurs, on cherche des protections illusoires. C'est justement le domaine où excellent des gourous. Il leur faut exacerber l'angoisse, puis se faire porteur de solutions. Nier le risque de réchauffement climatique et rouvrir les mines de charbon, exploiter des schistes bitumineux, construire des murs contre l'invasion de migrants, armer les citoyens pour qu'ils se protègent eux-mêmes de leur voisin qui sera aussi armé, appeler au repli économique et culturel derrière des frontières, et exalter un nationalisme qui n'a jamais généré que des guerres, voilà le programme commun des dirigeants qui ont le vent en poupe, aux USA, au Brésil, en Russie, en Hongrie, en Pologne, en Italie… Un climat délétère précurseur de conflits meurtriers que n'ont pas connus les jeunes générations. Une guerre mondiale ne ferait qu'accélérer un suicide collectif de l'humanité.

 

Que dit la Raison ?

Les lanceurs d'alerte ont largement fait leur travail, à juste raison très anxiogène. Mais il faudrait "mettre une pédale douce". Informer objectivement, sans sensationnalisme, et immédiatement exposer les moyens objectifs rationnels d'éviter le désastre prévu. Car fuir est rationnellement impossible, n'en déplaise aux privilégiés utopistes qui rêvent déjà de quitter la Terre pour s'installer sur Mars ou, comme les adeptes du Temple Solaire, sur Sirius, clairement moins aménageable[2]. Seule l'action pourrait lever la peur et l'angoisse et amorcer un processus favorable.

Il y a hélas peu de chances que les media et les dirigeants mondiaux actuels, aux mains de puissances avides de profits à court terme, lancent un jour des campagnes de sauvetage de la Terre. On peut seulement imaginer que, grâce à Internet, se soulèvent et s'unissent dans le monde de vastes mouvements populaires, pour agir, prendre leur destin en main, définir un calendrier des tâches prioritaires, et mener de gigantesques combats pour se les imposer, les imposer à leurs dirigeants, et mesurer et suivre leurs effets… C'est un espoir qu'on peut espérer qu'il fera vivre.

 

{1]Comment Trump a manipulé l'Amérique. Reportage documentaire de Thomas HUCHON sur ARTE du 9 octobre 2018. https://www.arte.tv/fr/guide/20181009/

[2]https://www.france.tv/france-2/13h15-le-dimanche/737205-sous-emprise-l-ordre-du-temple-solaire.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.