ROBI MORDER
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2016

ROBI MORDER
Abonné·e de Mediapart

«L'étudiant est un jeune travailleur intellectuel» : 70 ans, pas une ride !

Les mouvements étudiants actuels concrétisent, une nouvelle fois ce qu’en avril 1946 le premier congrès de l'UNEF après la Libération avait adopté: la Charte de Grenoble, refondant le mouvement étudiant. Elle demeure, à l’instar de la charte d’Amiens pour le syndicalisme des salariés, la référence de la plupart des organisations étudiantes. Un éclairage signé Paul Bouchet, Jean-Philippe Legois et Robi Morder.

ROBI MORDER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que l'on en soit, qu'on les archive ou qu'on les étudie, les mouvements étudiants, hier et aujourd'hui, sont toujours à la recherche de leur autonomie, qu'ils manifestent ou pas, seuls ou avec les salariés. Ils concrétisent, une nouvelle fois, après les mouvements CIP (1994), CPE (2006), ce qu’en avril 1946  134 délégués de 23 associations générales d’étudiants avaient proclamé dans une « déclaration des droits et devoirs de l’étudiant », à savoir que « l’étudiant est un jeune travailleur intellectuel ». Cette prophétie de 1946 est devenue réalité : la plupart des étudiants sont des enfants de salariés et de futurs salariés; pour un million d’entre eux – soit 6% du salariat – ils travaillent, souvent en contrat précaire. Cette affirmation du fait étudiant fonde aussi le principe d'une sécurité sociale étudiante, voire d'un revenu étudiant ou de la représentation étudiante.

Cette déclaration du premier congrès de l’UNEF de l’après-guerre, amalgamant ceux qui étaient réstés passifs avec l’avant-garde combattante tout comme la résistance avait uni  ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas, va être connue sous le nom de « charte de Grenoble ». Elle refonde le mouvement étudiant et demeure, à l’instar de la charte d’Amiens pour le syndicalisme des salariés, la référence de la plupart des organisations étudiantes.

Mais justement, là où il n’y avait qu’un syndicat étudiant, le mouvement est aujourd’hui multipolaire. Et si ces mouvements étudiants constituent une invention permanente, nous devons veiller à ce que la mémoire des générations étudiantes – et elles se succèdent rapidement puisque la situation d’étudiant est transitoire – ne se disperse et disparaisse. Nous devons même veiller à ce qu'elle soit transmise... au premier chef aux acteurs d’aujourd’hui  Qui n’a pas de passé, n’a pas d’avenir.

Histoire et mémoire ne sont pas identiques, mais elles sont liées : sauvegarder, conserver les archives, les confronter à la mémoire des acteurs qui vont l’éclairer, lui donner de l’épaisseur humaine, historique, sociologique, ...telle est la mission commune – chacun tenant son rôle – des acteurs, anciens ou actuels, des archivistes, des chercheurs.  Depuis 20 ans nous menons ces expériences. Avec le Germe, pour la recherche, et la Cité des mémoires étudiantes, pour les archives, nous ne pouvons que nous féliciter qu’enfin le ministère chargé de l'enseignement supérieur ait reconnu ce besoin par un premier pas : une convention conclue pour deux ans avec la Cité des mémoires étudiantes pour classer les fonds d’archives des organisations nationales étudiantes.

Cette mémoire n’est pas momifiée, elle demeure vivante. En attestent les livres, les expositions, les colloques et conférences. Là peuvent se rassembler pour échanger leurs points de vue toutes les générations et tendances d’hier et d’aujourd’hui, occasions rares et précieuses. Et si elles peuvent discuter du passé, pourquoi pas de l’avenir ? L’amalgame réalisé en 1946 peut au moins se renouveler autour d’une table ronde comme celle que nous tiendrons le 15 avril*.

 A 70 ans, la charte de Grenoble n’a pas pris une ride.

Paul Bouchet, co-rédacteur de la « charte de Grenoble »

Jean-Philippe Legois, président de la Cité des mémoires étudiantes.

Robi Morder, président du Germe (Groupe d’études et de recherche sur les mouvements étudiants)

 *Cette table ronde "70 ans après, quel héritage de la charte de Grenoble" se tiendra avec toutes les organisations étudiantes à vocation représentative (UNEF, UNI, FAGE, PDE, Solidaires) le 15 avril 2016 à la MSH Paris Nord à l'occasion de la journée "Classer et valoriser les archives étudiantes".   Voir le programme

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit