ROBI MORDER
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 avr. 2021

Mohammed Harbi, mémoires filmés

Entretiens et réalisation Bernard Richard et Robi Morder, sur une idée de Claude Kowal. En 23 entretiens, pour un total de 38 heures, éclairant non seulement l’histoire de l’Algérie mais aussi une réflexion servant à l’émancipation. Sur youtube (*).

ROBI MORDER
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il existe en France une fraction de l’opinion – certes minoritaire – qui est radicalement anticolonialiste. Cette minorité s’est opposée, dès 1830, à la conquête de l’Algérie. Elle s’est engagée, de façon très énergique, pendant le guerre de libération : Manifeste des 121, soutien du droit à l’insoumission, réseaux d’aide au FLN, etc. Elle était parfaitement consciente du fait que le droit et la légitimité étaient du côté des colonisés qui se libéraient d’une domination qualifiée aujourd’hui – et à juste titre – de crime contre l’humanité.

Les membres cette minorité ont maintenu des liens d’amitié entre les peuples algérien et français. Mohammed Harbi, militant, cadre politique, leader de la « gauche du FLN» puis de l’opposition au régime militaire, devenu un historien éminent sans jamais renoncer à la lutte, a été une référence pour les jeunes gens qui se rendaient à Alger à une époque où, croyaient-ils, l’Algérie pouvait devenir Cuba en Méditerranée. Mohammed Harbi a consacré sa vie à la lutte contre le colonisateur puis contre la dictature militaire qui s’est emparée de son pays.

Il est convaincu que toute évolution démocratique de l’Algérie est soumise à la condition nécessaire que son histoire ne soit plus instrumentalisée par les pouvoirs. Il nous présente, en 23 entretiens thématiques, son analyse de l’histoire du mouvement national et de la situation politique contemporaine en Algérie. Il est essentiel que cette histoire soit portée à la connaissance des populations algérienne et française. C’est la raison pour laquelle nous avons entrepris ce travail avec Mohammed Harbi.

Il a été entamé en 2012, notre objectif premier étant de réaliser un documentaire. Aucun producteur, ni chaine de télévision n’a accepté de s’engager dans cette démarche tant dans la France des années 2010, mettre en scène un militant et historien algérien dérangeant, bousculant des certitudes des deux côtés de la Méditerranée, apparaissait comme un investissement « risqué ». C’est dans ces conditions que, refusant d’abandonner le combat, nous avons opté pour la réalisation d'un document d’archive orale : des mémoires filmés.  

Durant 9 années, nous avons consacré, en tenant compte des agendas des uns et des autres, et malgré des contretemps, plusieurs dizaines de séances de préparatifs, de tournages, de visionnage et de nouvelles séquences à filmer. En effet, Mohammed Harbi a été ici aussi méticuleux qu’il l’est pour un article ou un livre, chacun des entretiens a été revu, commenté, précisé comme on le voit dans les vidéos. Grâce à des contributions individuelles – en argent, en matériel, en travail, à l’engagement des éditions Syllepse, de Page 2, à l’investissement professionnel de personnes qui, engagées (au double sens du terme) pour le montage et le son, nous avons pu terminer cette aventure que nous n’imaginions pas aussi longue.

En réalité, c’est une phase qui se clôt. Une autre, peut-être la plus importante, commence : celle de la diffusion tant en France qu’en Algérie, suscitant débats et échanges (**). Nous avons achevé la dernière phase alors que le Hirak réémergeait en Algérie, moment où l’actualité donne tout son sens au travail d’histoire, là où les actrices et acteurs des mouvements populaires peuvent s’en saisir pour forger un autre avenir.

(*) Télécharger le livret en PDF, et cliquer sur chaque titre d’entretien pour accéder à la vidéo correspondante.

(**) Nous avons créée la chaîne Youtube AMH (pour Algérie, mémoire et histoire ou Archives Mohammed Harbi). Présentation en direct samedi 8 mai à 15 h (Live youtube).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
En Colombie, Francia Márquez, première afro-descendante à la vice-présidence, suscite l’espoir
Francia Márquez entre en fonctions aux côtés du nouveau président Gustavo Petro dimanche 7 août. Cette femme noire et activiste écoféministe a promis d’« éradiquer le patriarcat » en Colombie et de lutter contre les discriminations, mais les écueils seront nombreux.
par Sophie Boutboul
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente-deux morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et un chef du groupe armé palestinien Djihad islamique palestinien, ont annoncé les autorités sanitaires locales. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive » contre le Djihad islamique palestinien.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre