Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

102 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2022

Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

Liberté d’expression , le mol oreiller de l’indifférence

En France, c’est la censure de la guerre en cours. Les médias ne laissent rien passer (Médiapart compris). Seuls des indépendants sur place et des veilleurs du net informent. Je les relaye. On va maintenant plus loin. Des condamnations extra-légales en Angleterre, le risque de celles-ci en Allemagne. A quand la prison pour les lanceurs d’alertes ?

Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La liberté d'expression et Graham Phillips

Source Craig Murray

8/08/2022

graigmurray.org

L'imposition de sanctions contre le citoyen et journaliste britannique Graham Phillips est une violation épouvantable de la liberté d'expression - qui, pour avoir un sens, doit signifier la liberté de dire des choses qui ne sont pas d'accord avec le gouvernement, les médias et/ou l'opinion publique majoritaire.

Phillips a pendant près d'une décennie publié et diffusé depuis l'Ukraine du matériel qui soutient ouvertement la partie pro-russe de la population ukrainienne. Il a opéré d'abord depuis Kyiv, puis Odessa, puis le Donbass. Phillips était sceptique quant aux manifestations de Maïdan et au récit de la révolution populaire. Par la suite, pendant des années, il a couvert beaucoup de faits que les élites occidentales ne souhaitent pas que les gens sachent - le bombardement de zones civiles détenues par des séparatistes russes, les liens nazis de certains militaires et politiciens ukrainiens, la discrimination contre les russophones et l'interdiction des médias et de l'éducation russes.

Tout cela n'est qu'un côté de l'histoire en Ukraine, et ce côté dont les gouvernements et les médias occidentaux sont extrêmement taisants, vous ne pourrez plus le voir. Les informations fournies par Phillips n'étaient généralement pas fausses. Les faits étaient sélectifs et l'interprétation partielle, mais c'est aussi absolument vrai de la propagande occidentale à laquelle nous sommes continuellement soumis.

Dans certains incidents de la guerre actuelle, il est impossible à distance d'être certain qui était responsable de divers actes. Je ne vois aucune raison en général de croire la BBC plutôt que Graham Phillips, ou Graham Phillips plutôt que la BBC. C'est bien d'avoir des sources différentes.

Phillips a été critiqué pour avoir diffusé une interview avec le prisonnier britannique Aiden Aslin, détenu par les forces séparatistes russes.

Cette critique est globalement correcte. Comme je l'ai souligné sur Twitter au début de cette guerre, il est contraire à la Convention de Genève de faire étalage public de prisonniers. Cette loi a été violée à plusieurs reprises par la partie ukrainienne, avec des images de couverture de soldats russes téléphonant à leurs mères. Pas un (sauf moi) de ceux qui se sont plaints de l'interview d'Aslin ne s'en est plaint.

Il y a des facteurs atténuants pour Phillips - l'interview était apparemment l'initiative d'Aslin et il a semblé heureux de la donner. C'était pourtant encore faux. C'est une bonne loi - vous ne savez jamais quelle coercition ou violence est appliquée aux prisonniers de guerre hors écran.

Personnellement, il y a beaucoup de choses de la ligne de Phillips sur l'Ukraine avec lesquelles je ne suis pas d'accord. Il est clair pour moi que, dans l'ensemble, la majorité du peuple ukrainien souhaitait sincèrement en 2014 se diriger vers l'UE plutôt que vers la Russie, et les efforts spectaculaires de Poutine pour inverser ce processus se sont retournés contre lui.

Mais ce n'est pas parce que je ne suis pas d'accord que Phillips ne devrait pas être autorisé à exprimer son point de vue. Il est également clair pour moi que Phillips avait raison de dire que les droits de la minorité pro-russe ont effectivement été piétinés par les forces ukrainiennes ultra-nationalistes, et que l'Ukraine est un pays désespérément corrompu et dysfonctionnel.

La guerre par procuration actuelle est un désastre. Non seulement il tue des dizaines de milliers de personnes en Ukraine, mais il produit des conséquences économiques qui nuisent gravement aux pauvres du monde entier. La joie des politiciens, des militaires et de l'industrie de l'armement est évidente - et cela vaut à la fois pour la Russie et pour l'Occident. Quand les guerres éclatent, les cupides de tous bords en profitent. Le peuple souffre.

Je ne suis donc pas d'accord avec le parti-pris de Phillips pour le "côté" russe dans cette guerre désastreuse. La réponse à la guerre est de prendre parti mais pour la paix, cela est désespérément nécessaire.

La guerre se terminera avec l'Ukraine cédant la Crimée à la Russie et peut-être plus de territoire. Si Zelensky avait négocié avant le début de la guerre, la Crimée et les accords de Minsk auraient suffi. La position de négociation ukrainienne se détériore radicalement chaque jour. L'OTAN envoie allègrement l'Ukraine au désastre. L'invasion russe était illégale; la réponse est maintenant immorale. Les termes du règlement éventuel sont évidents. Qu'il soit atteint maintenant, sans plus de mort inutile.

Mais pour Phillips, un citoyen britannique, être sévèrement condamné pour avoir publié des opinions sur une guerre à laquelle son propre État n'est pas partie – ni, il est important de le dire, en alliance formelle avec une partie – est entièrement sans précédent. Si nous acceptons que Phillips soutienne la partie russe dans la guerre, pourquoi devrait-il être illégal de le faire ? Comment ce principe joue-t-il ? Dois-je être sanctionné pour avoir soutenu les Palestiniens ? Qu'en est-il de ceux qui défendent les droits des Houthis face à l'emprise saoudienne ?

Qu'en est-il des journalistes américains qui se sont opposés à la guerre du Vietnam ? Ou les journalistes britanniques qui se sont dressés contre l'attaque contre l'Égypte lors de la crise de Suez ? Qu'en est-il des militants contre la guerre en Irak ? Quand on y réfléchit, les implications de cette action contre Phillips sont tout simplement épouvantables.

Les sanctions contre Phillips sont graves. Un citoyen britannique a vu ses biens saisis par l'État, ses avoirs et ses comptes bancaires gelés, sa capacité à gagner sa vie anéantie par le blocage des mécanismes de financement. Tout cela pour avoir publié des opinions sur une guerre étrangère contraires à celles du gouvernement britannique. Il s'agit d'une attaque vraiment effrayante contre la liberté d'expression, que vous soyez d'accord ou non avec les vues de Phillips.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda