Son blog
23 abonnés Le blog de Rocafortis
Voir tous
  • Une finance qui fait froid dans le dos.

    Par
    Ça gaze pour certains. La détermination des prix dépend de moins en moins des échanges réels matériels mais de plus en plus de variables financières. C'est la mort de l'échange traditionnel, au grand dam des économistes libéraux. La théorie de l'offre et de la demande, base principale de la microéconomie néoclassique, perd son sens. La dictature de la finance montre ici toute sa puissance.
  • D’une responsabilité collective à gauche.

    Par
    La gauche doit construire un large mouvement - comme celui qui a contribué à bloquer la participation canadienne à la guerre en Irak ou le stationnement de missiles nucléaires américains à portée intermédiaire en Europe dans les années 1980 - pour exiger la dissolution de l'OTAN, qui est une organisation impérialiste dangereuse qui menace toute l'humanité.
  • 2022, année des enterrements ( billet en 3 parties) 3/ De la paix.

    Par
    Après la guerre, c’est encore … la guerre ! La guerre par procuration américaine en Ukraine n'a jamais vraiment porté sur l'Ukraine, et n'a même finalement pas porté sur la Russie. À long terme, cette impasse a toujours porté sur la Chine et sur la campagne désespérée de l'empire américain pour préserver sa domination inégalée sur cette planète.
  • 2022, année des enterrements ( billet en 3 parties) 2/ De l'UE.

    Par
    Feu l’Europe La priorité numéro un de l'Europe à ce stade, qui serait un tournant dans le conflit en Ukraine, devrait être son autonomie stratégique pour agir dans son propre intérêt. Mais cela nécessite une réflexion profonde sur ce dont l'Europe veut être indépendante et, deuxièmement, la compréhension qu'au fond, un intérêt stratégique ne peut être réduit à des intérêts de sécurité.
  • 2022, année des enterrements (de l’ONU, de l’UE, de la Paix, billet en 3 parties)

    Par
    Le déclenchement d’hostilités aujourd'hui ne signifie pas que toute la responsabilité incombe à une seule partie. La plupart du temps, la responsabilité est partagée. La partie qui provoque un conflit n'est pas innocente. Ainsi, ce dont le monde a besoin, c'est d'une ONU mûre et proactive qui brise le cercle vicieux et favorise la réconciliation dans le pardon mutuel. Est-ce le cas ?