Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

185 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 août 2022

Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

Amnesty : Les organisations de défense humanitaires sont aussi un problème

L'alternative aux organisations humanitaires dévoyées est un mouvement de paix : un mouvement qui est contre la guerre par principe, contre les agressions, qui veut démanteler l'économie de guerre et comprend la différence entre les puissants et ceux qui résistent, utilise les droits du peuple et non les arguments et les plaidoyers juridiques des puissants.

Rocafortis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les organisations de défense humanitaires sont aussi un problème

Par Justin Podur

Justin Podur est un écrivain basé à Toronto.

Vous pouvez le trouver sur son site Web à podur.org et sur Twitter @justinpodur.

Il enseigne à l'Université York à la Faculté des études environnementales.

Source : Cet article a été produit par Globetrotter ,

un projet de l'Independent Media Institute.

14.04.19-

Les organisations de défense des droits de l'homme ont sacrifié leur crédibilité et sont devenues un élément sophistiqué de la machine de la politique étrangère américaine - ou, pour le dire plus crûment, une partie de l'empire américain.

Qui pouvons-nous croire ? Les partis politiques et les organisations partisanes présentent désormais non seulement leurs propres opinions mais, comme le dit la vieille blague, leurs propres faits également. Les Palestiniens se font-ils tirer dessus à la barrière de Gaza en essayant d'envahir Israël, comme le prétend l'armée israélienne en leur tirant dessus, ou essaient-ils de protester contre leur enfermement dans la prison à ciel ouvert dans laquelle ils sont lentement affamés, comme le prétendent leurs porte-parole ? Le président vénézuélien Maduro est-il un dictateur, comme le dit Trump, ou a-t-il remporté une élection équitable, comme l'affirme le conseil électoral du pays ?

Le lecteur de nouvelles est confronté à des versions diamétralement opposées de la vérité, et sur des questions de vie et de mort. Un instinct naturel serait de rechercher des voix neutres et non partisanes - de trouver des arbitres de la vérité qui ne soient pas d'un côté ou de l'autre, mais qui cherchent uniquement à adhérer à des questions de principe élevé. Et quel principe est plus élevé que celui des droits de l'homme, l'idée que nous avons tous des droits uniquement en raison de notre humanité commune ? Dans le brouillard créé par les politiciens égoïstes, les groupes armés qui utilisent la tromperie comme arme de guerre et les journalistes carriéristes qui gravissent les échelons en servant les puissants, les organisations vouées aux droits de l'homme, comme Amnesty International et Human Rights Watch , peuvent servir comme des phares de lumière.

Malheureusement, ils ne le peuvent pas. L'autorité même que possèdent les organisations de défense des droits de l'homme, leur apparence de principe et de neutralité, est devenue une denrée trop précieuse pour que les puissants la laissent passer. Le résultat? Les organisations de défense des droits de l'homme ont sacrifié leur crédibilité et sont devenues un élément sophistiqué de la machine de la politique étrangère américaine - ou, pour le dire plus crûment, une partie de l'empire américain. Les choses sont ainsi depuis plus longtemps que la plupart des « gens de conscience », pour utiliser un mot des droits de l'homme, ne le réalisent.

Dans son livre de 2010, Ideal Illusions: How the US Government Co-opted Human Rights, l'auteur James Peck décrit comment les responsables américains de la guerre froide ont recherché un slogan idéologique qui pourrait rivaliser avec les appels à l'égalité et à l'anti-impérialisme lancés aux opprimés du monde par les révolutionnaires communistes. L'anticommunisme fonctionnait assez bien chez nous, mais c'était un slogan négatif – contre le communisme, bien sûr, mais à quoi serviraient les États-Unis ? Le conseiller à la sécurité nationale du président américain Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, a fait valoir dans une lettre à Carter qu'une fondation quasi-gouvernementale des droits de l'homme basée aux États-Unis pourrait promouvoir "une circonscription mondiale pour les droits de l'homme", tout en étant "isolée de toute dépendance directe" aux États-Unis. , offrant une voix "indépendante et, dans certains cas, plus crédible que le gouvernement américain". Une définition large des droits de l'homme, a soutenu Brzezinski,

Human Rights Watch (appelé Helsinki Watch lors de sa création) est venu précisément dans ce but. Peck écrit que dans les années 1970, "alors qu'Helsinki Watch travaillait en étroite collaboration avec des dissidents en URSS et en Europe de l'Est, elle s'est retrouvée à imiter les pratiques de longue date du gouvernement américain".

Amnesty International a choisi une voie plus indépendante, se concentrant sur des pratiques spécifiques telles que la torture, les prisonniers politiques et le génocide. Ce faisant, a déclaré l'un de ses fondateurs, Amnesty a fait appel à ceux "qui, fatigués de la pensée polarisée qui est le résultat de la guerre froide... mais qui sont profondément préoccupés par ceux qui souffrent simplement parce qu'ils souffrent".

Mais malgré ce début d'essayer de trouver et de faire appel à des universaux et d'éviter les questions litigieuses et partisanes, Amnesty s'est rapidement retrouvée au milieu d'une telle controverse : selon la définition d'Amnesty, les prisonniers d'opinion ne pouvaient pas être les avocats de la violence ; Nelson Mandela n'avait pas renoncé à la violence ; donc Mandela n'était pas un prisonnier d'opinion. Ainsi, Amnesty s'est retrouvée du mauvais côté de l'une des luttes les plus historiques de l'époque.

Dans la pratique, ces organisations de défense des droits de l'homme se retrouvent constamment du côté de l'empire, malgré les contradictions et les contorsions qu'une telle position exige.

Amnesty n'a pas donné à Chelsea Manning la désignation de "prisonnier d'opinion". Des représentants d'Amnesty ont déclaré au journaliste Joe Emersberger en 2013que l'enquête était en cours et qu'il n'était pas sûr que Manning ait "diffusé des informations de manière" responsable "" et qu'il ne soit pas sûr que le gouvernement la punisse "afin de prévenir la connaissance publique des violations des droits de l'homme.

En revanche, le chef de l'opposition vénézuélienne Leopoldo Lopez, qui a mené de multiples tentatives de coup d'État violentes contre le gouvernement, s'est rapidement vu accorder le statut de prisonnier d'opinion par Amnesty. Les violentes tentatives de coup d'État de Lopez étaient-elles moins violentes que le refus de Mandela de condamner la violence anti-apartheid ? Ses tentatives de coup d'État ont-elles été menées de manière plus « responsable » que les dénonciations de Manning ?

En 2006, Jonathan Cook a souligné comment le chercheur Peter Bouckaert de Human Rights Watch a déclaré au New York Times qu'« il est parfaitement clair que le Hezbollah vise directement des civils et que son objectif est de tuer des civils israéliens. Nous n'accusons pas l'armée israélienne d'essayer délibérément de tuer des civils… il y a donc une différence d'intention entre les deux parties. Cook a souligné que « tout comme Bouckaert est apparemment sûr qu'il peut deviner les intentions d'Israël dans la guerre, et qu'elles étaient essentiellement bénignes, il est également convaincu qu'il connaît les intentions du Hezbollah et qu'elles étaient malveillantes. Quoi que les preuves suggèrent – ​​dans une guerre dans laquelle Israël a massivement tué des civils libanais et continue de le faire, et dans laquelle le Hezbollah a massivement tué des soldats israéliens – mais Bouckaert le sait mieux.

Il s'agit d'un processus étonnant en deux étapes : premièrement, l'organisation des droits de l'homme suggère que les effets (morts civiles largement disproportionnées) importent moins que l'intention. Deuxièmement, l'organisation des droits de l'homme attribue la mauvaise intention au côté le plus faible et la bonne intention au plus fort, revendiquant essentiellement la capacité de lire dans les pensées.

L'accent est mis sur l'intention (vraisemblablement découverte par télépathie) - qui pour les États-Unis ou ses alliés est toujours bonne et pour ses ennemis est toujours mauvaise. L'accent n'est pas mis sur la disproportion, puisque les taux de pertes des guerres américaines sont monstrueusement disproportionnés (c'est-à-dire que les États-Unis et leurs alliés tuent beaucoup plus de civils que leurs ennemis).

Un tel argument, poursuit Cook, « légitime l'utilisation de la puissance militaire par la partie la plus forte, rendant ainsi absurde le droit international et les normes des droits de l'homme que HRW est censé faire respecter ».

Cela permet également au parti le plus fort de se concentrer sur des cas individuels et d'éviter de discuter des chiffres. Lorsque les organisations de défense des droits de l'homme affirment que chaque cas individuel de torture ou de violation des droits de l'homme est un crime, elles ont tout à fait raison. Mais en ne notant pas qu'un côté tue 10, 100 ou 1 000 fois plus que l'autre, ils ne parviennent pas à amener leurs lecteurs à une idée de qui est responsable de ces conflits et où appliquer une pression qui pourrait sauver des vies.

Il y a plus de biais dans la pratique. Alors que le coup d'État dirigé par les États-Unis contre le Venezuela continue de se dérouler, rappelez- vous la performance de HRW le mois dernier lorsque l'organisation a approuvé la tentative américaine d'entrer de force au Venezuela avec « l'aide humanitaire » (le Venezuela a accepté l'aide humanitaire d'autres pays tout le temps, tout en refusant l'aide des États-Unis, invoquant la tentative de coup d'État). Adam Johnson de Fairness and Accuracy in Reporting a noté sur Twitter que HRW "n'approuve jamais techniquement le changement de régime, mais transmet chaque lambeau de propagande trompeur et déformé nécessaire au changement de régime, puis, lorsqu'il est pressé là-dessus, insiste sur le fait qu'il ne fait qu'appeler ainsi des balles et des grèves. ” Le directeur exécutif de HRW, Kenneth Roth, a directement justifié la tentative de coup d'État, la qualifiant, "triste témoignage de… la destruction par Maduro de la démocratie vénézuélienne quand le chef de l'opposition doit recourir à des appels à l'armée." L'obsession de Roth pour le Venezuela dure depuis des années, au cours desquelles de graves violations des droits de l'homme et de la démocratie dans d'autres pays d'Amérique latine, notamment le Honduras , ont été négligées par HRW.

Amnesty n'a guère fait mieux. Sur sa liste des 10 éléments de la crise vénézuélienne, Amnesty a trouvé bon d'inclure comme 10e et dernier élément, les « Sanctions américaines dommageables ». Les sanctions, qu'un responsable américain a comparées sans ironie au méchant de Star Wars, Dark Vador, étouffant quelqu'un à mort en utilisant la force , auraient peut-être mérité la première place, compte tenu de ses effets, qui s'étendent désormais au vol par les États-Unis et le Royaume-Uni de milliards de dollars de fonds. appartenant à des Vénézuéliens, nuisant à la production pétrolière du Venezuela, à son secteur énergétique et même à son système de santé .

La campagne américaine contre le Venezuela fait aujourd'hui écho à la campagne visant à renverser Salvador Allende en 1973, lorsque Nixon ordonna au directeur de la CIA de « mettre à genoux l'économie chilienne sous Allende », et lorsque l'ambassadeur américain au Chili dit à Henry Kissinger : « Pas un cinglé ou boulon ne sera autorisé à atteindre le Chili sous Allende. Une fois Allende au pouvoir, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour condamner le Chili et les Chiliens à la privation et à la pauvreté les plus extrêmes, une politique conçue pour longtemps encore pour accélérer les traits durs d'une société communiste » (cité sur Peck p. 57).

Les incohérences dans la pratique vont de pair avec des problèmes de théorie des droits de l'homme, car Amnesty et HRW ne sont pas contre la guerre d'agression par principe. Le cadre juridique international de l'après-Seconde Guerre mondiale définissait la guerre d'agression comme le crime suprême dont découlaient tous les autres crimes du régime nazi ; la Déclaration universelle des droits de l'homme a déclaré que les droits sociaux et économiques étaient des droits de l'homme. Mais l'ancien directeur exécutif Aryeh Neier de HRW a fait valoir que "le concept de droits économiques et sociaux est profondément antidémocratique" et que HRW "n'a jamais qualifié aucune partie à un conflit d'agresseur, estimant que le concept d'agression est mal défini. Alors qu'Israël et les États-Unis ont argumenté à la conférence de Rome en 1998 :… il est impossible de proposer une définition de l'agression qui ne soit pas politiquement controversée » (cité sur Peck pp. 95 et 227, je souligne).

Mais l'agression n'est pas plus mal définie (et pas plus contestée) que d'autres concepts des droits de l'homme – génocide, démocratie, dictature, prisonnier politique, voire torture. Le refus des organisations de défense des droits de l'homme de s'opposer à l'agression les place dans une position dégradante où elles supplient les agresseurs d'essayer de mener leurs campagnes de bombardement d'une manière qui minimise les dommages causés aux civils - comme tout lecteur grimaçant à travers les rapports de HRW ou d'Amnesty le savent, sur l'Arabie saoudite/ La guerre américano-britannique contre le Yémen, ou les bombardements israéliens sur Gaza, Ce n'est pas une façon de prendre une position de principe.

Mais que faire? Découvrir la partialité des organisations de défense des droits humains est encore plus démoralisant que de découvrir le pouvoir de propagande des médias sociaux . Il est impossible de trouver un ensemble nourrissant la démocratie et la pensée critique de médias sociaux connectés à l'échelle mondiale, et il est impossible pour une personne de conscience de trouver une base de données mondiale complète et impartiale sur les violations des droits de l'homme. D'un autre côté, les solutions peuvent être similaires : la création de connexions, de contacts et, finalement, de mouvements dans le monde réel.

Dans Ideal Illusions , Peck oppose les organisations de défense des droits de l'homme légalistes, bureaucratisées et finalement cooptées aux mouvements pacifistes qui ont grandi et chuté au cours des mêmes décennies.
L'alternative à ces organisations capturées est justement un tel mouvement de paix : un mouvement qui est contre la guerre par principe, contre l'agression, veut démanteler l'économie de guerre, comprend la différence entre les puissants et ceux qui résistent, et utilise le pouvoir du peuple et non des arguments et des plaidoyers juridiques. aux puissants.

___________________________________________________________

Amnesty International finit de se discréditer en demandant un audit de son rapport sur les crimes de guerre ukrainiens

15/08/2022

Source : Dombass insider

Le 4 août 2022, Amnesty International publiait un rapport dénonçant les tactiques de l’armée ukrainienne qui mettent en danger les civils, c’est-à-dire en clair, les crimes de guerre ukrainiens (même si AI n’ose pas aller jusqu’à appeler un chat un chat). Dix jours plus tard, l’organisation rétropédale violemment et indique que des experts indépendants vont vérifier le dit rapport pour comprendre « ce qui s’est mal passé ». Si Amnesty International avait déjà une réputation chancelante cette histoire vient de l’envoyer ad patres. Retour sur ce désastre d’une ONG qui n’a rien de neutre ni d’indépendante.

Depuis le début du conflit dans le Donbass, il y a huit ans, Amnesty International s’est fait remarquer pour son incroyable silence concernant les crimes de guerre à répétition de l’armée ukrainienne contre les civils des Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL), ou les violations des droits de l’homme systématiques en Ukraine (par exemple la torture des gens arrêtés par le SBU, comme Larissa que nous avons récemment interviewée).

Les rares fois où Amnesty International en parle c’est systématiquement en tentant de renvoyer les deux parties dos à dos (pour paraître équilibré), sauf qu’en fait en lisant le texte en détail, on se rend compte qu’il n’y a pas équilibre entre les deux parties, et qu’AI reproche par exemple à la RPD et la RPL un vide juridique qui n’existe pas (n’en déplaise à cette organisation il y a des lois dans ces républiques, des médiatrices aux droits de l’homme, et contrairement à ce qui est allégué les prisonniers y sont bien traités, comme a pu en attester l’OSCE lors de ses visites) ! Alors que les preuves de l’usage systématique de la torture par le SBU et les bataillons néo-nazis ukrainiens sont légion ! Mais chut, il faut faire croire que l’ONG est neutre…

Alors quand le 4 août 2022, Amnesty International parle enfin ouvertement de ce que nous dénonçons depuis des mois, à savoir l’utilisation par les soldats ukrainiens d’écoles, d’appartements, d’hôpitaux, etc, à des fins militaires mettant ainsi en danger les civils, on s’est dit ça y est ils se décident enfin à faire un peu leur travail. Même s’ils n’osent pas dire ouvertement que ce que fait l’armée ukrainienne est de fait un crime de guerre, et qu’ils continuent de dire que même comme ça si des civils sont tués c’est de la faute de la Russie.

C’est « marrant » je n’ai pas souvenir d’avoir vu Amnesty International condamner aussi fermement les bombardements constants de l’armée ukrainienne pendant huit ans sur des zones purement civiles du Donbass, qui ont fait des milliers de victimes parmi les habitants, dont plus d’une centaine d’enfants, à des endroits où il n’y avait ni positions, ni pièces d’armement, ni soldats des milices populaires. Où étaient les condamnations à géométrie variable d’Amnesty International quand l’armée ukrainienne a bombardé le centre de Donetsk le 5 juillet 2022, à un endroit où il n’y a rien de militaire, tuant la petite Veronica, 10 ans, ou quand elle a bombardé la cérémonie funéraire du commandant Korsa en plein centre de Donetsk, tuant huit civils dont une enfant de 12 ans, Katia, qui voulait devenir ballerine ?

Où est le rapport d’Amnesty International, condamnant le bombardement du centre de Makeyevka par l’armée ukrainienne avec des armes à sous-munitions (les mêmes qu’elle accuse pourtant la Russie d’utiliser à tire larigot), le 6 juillet 2022, qui a fait trois morts et quatre blessés parmi les enfants qui jouaient dans une cour d’immeuble ?

Où est le rapport d’Amnesty International, condamnant l’utilisation massive par l’armée ukrainienne de roquettes bourrées de mines « pétales » contre les zones résidentielles de Donetsk, Makeyevka, Yassinovataya et Gorlovka, qui ont déjà fait plus de 40 victimes parmi les civils dont des enfants, qui doivent subir des amputations après avoir marché ou pris en main ces petites mines qui ressemblent à des jouets ?

Non rien de tout cela ne sera dénoncé par Amnesty International, malgré ses grandes déclarations sur sa neutralité, son absence d’idéologie, etc. La réalité est tout autre et il suffit de lire les rapports d’AI pour voir que ces derniers sont tout sauf neutres. Et son rétropédalage sur l’un des seuls rapports où elle révèle un pan de la vérité ne va pas arranger sa réputation.

En effet, à peine trois jours après la publication du rapport et face au tollé que cela a déclenché en Ukraine, Amnesty International a dû faire un deuxième communiqué pour dire qu’elle « regrette profondément la détresse et la colère que notre communiqué de presse sur les tactiques de combat de l’armée ukrainienne a provoquées ».

Amnesty International ajoute que « depuis le début de l’invasion russe en février 2022, Amnesty International a rigoureusement documenté et rendu compte des crimes de guerre et des violations commis en Ukraine, s’entretenant avec des centaines de victimes et de survivants dont les récits éclairent la brutale réalité de la guerre d’agression menée par la Russie » et que « dans ce conflit, comme dans tous les autres, la priorité d’Amnesty International est de veiller à ce que les civils soient protégés ». Au vu du silence d’AI pendant les huit ans de guerre dans le Donbass concernant les crimes de guerre commis par l’armée ukrainienne contre les civils, permettez moi d’avoir un doute sur les priorités de l’organisation. Parce que la brutale réalité de la guerre menée par l’armée ukrainienne contre sa propre population dans le Donbass depuis 2014, ça n’intéresse pas Amnesty International.

D’ailleurs le parti pris d’AI est évident, quand on lit cette phrase du communiqué : « Nous avons mis le monde au défi de démontrer sa solidarité avec les Ukrainiens par des actions concrètes, et nous continuerons à le faire ». En clair, comme l’OSCE, Amnesty International a du mal à cacher que sa solidarité avec les civils est à géométrie variable selon l’endroit où ils se trouvent. S’ils sont côté ukrainien c’est bon, s’ils sont côté Donbass, ou Russie (puisque des territoires russes sont aussi bombardés par l’armée ukrainienne qui a fait des victimes civiles russes), silence radio, le stock de solidarité est épuisé, circulez, y a rien à voir…

Le communiqué le dit d’ailleurs clairement « Rien de ce que nous avons documenté des actions des forces ukrainiennes ne justifie en aucune façon les violations russes. La Russie est seule responsable des violations qu’elle a commises contre les civils ukrainiens ». Donc si les soldats ukrainiens tirent sur des soldats russes ou sur des civils du Donbass depuis un hôpital, une école, où utilisent des civils comme bouclier humain, c’est de la faute des Russes si des civils sont touchés par les tirs de réponse. Grandiose. Pour AI si des terroristes prennent des gens en otage et que la police fait quelques victimes civiles en éliminant les terroristes qui sont en train de tirer dans le tas, c’est la police la méchante et la seule responsable des morts… Une logique fascinante !

Le message pour la population du Donbass et les soldats russes qui sont venus la défendre est très clair : Laissez-vous tirer dessus, laissez-vous exterminer par l’armée ukrainienne comme depuis huit ans, et surtout fermez-là, parce que si vous vous défendez et que vos tirs font des victimes de l’autre côté vous êtes des méchants ! Le fait que l’Ukraine a enterré les accords de Minsk en février 2022, et s’apprêtait à appliquer la solution croate (épuration ethnique) dans le Donbass avant l’intervention de la Russie ne semble pas gêner outre mesure les observateurs d’Amnesty International et leur logique quelque peu spéciale.

Mais là où la réputation d’Amnesty International vient de se prendre un iceberg façon Titanic, c’est lorsque la direction de l’organisation a décidé de plier face au tollé provoqué par son rapport, et de faire auditer son rapport par des experts internationaux afin je cite, de « comprendre exactement ce qui n’a pas fonctionné et pourquoi, afin d’en tirer les leçons et d’améliorer notre travail en matière de droits de l’homme », car il y aurait des problèmes avec « les procédures et les décisions prises en amont de la publication du communiqué de presse, y compris les recherches effectuées, le processus de préparation du communiqué de presse, l’analyse juridique et politique et le moment de sa publication ».

Mais de quels problèmes vous nous parlez ? Du fait qu’il vous a fallu des mois pour parler enfin de ce qui est connu de tous ceux qui s’informent sérieusement sur ce qui se passe en Ukraine ? Vous trouvez que lorsque les soldats ukrainiens se filment eux-mêmes (!!!) dans des écoles, des maternelles, ou des hôpitaux, avec leurs armes etc, ce n’est pas une preuve suffisante pour dénoncer ces agissements ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade