Pétain/ Macron : l'incroyable polémique

Entre inculture historique et récupération politicienne. Un cas d'école de conflit Histoire-Mémoire, traité à la sauce twittobfmienne... qui tourne à l'infâme gloubi-boulga.

Stupéfait de la nature de la polémique du jour, je reprends le clavier. Dans le cadre de son périple du centenaire de la 1° guerre mondiale, E. Macron a rendu hommage à Pétain qui fut "un grand soldat"... malgré des "choix funestes".

Dans la foulée, levée de boucliers d'hommes politiques (essentiellement de "gauche") mais surtout du CRIF par la voix de son président, l'inénarrable François Kalifat (qui ne veut pas être calife à la place du calife puisqu'il l'est déjà) : "La figure de Pétain est frappée d'indignité nationale...collaboration...antisémitisme...rafles"

Rappeler que le "héros de Verdun" puisque telle était son épithète jusqu'en 40 fut un général (puis maréchal) relativement apprécié des poilus non pas parce qu'il avait "gagné à Verdun" (car les poilus savaient bien que ceux qui remportaient les batailles n'étaient pas les généraux) mais parce qu'il avait promis d'épargner les morts inutiles après le désastre du chemin des dames en 17 et qu'il avait accru les permissions, serait donc devenu impossible au nom des crimes que Pétain a commis plus de 20 ans après.

Notre époque ne pourrait donc plus penser la chronologie. Ainsi donc un grand militaire devrait s'effacer devant l'abominable homme d'Etat. Admettons, si l'on suit la logique de M Kalifat, la mémoire d'A. Sharon devrait être rejetée en Israël en raison des crimes manifestes qu'il a commis à l'égard du peuple palestinien lorsqu'il était premier ministre. Du coup il faudrait également vouer aux gémonies le militaire il fut durant la guerre de Kippour. Allons, allons M. Kalifat, soyons sérieux, vous n'oseriez pas...

Macron, en affirmant que Pétain fut un grand soldat ne crée aucune polémique. En fait il fut plutôt un grand militaire car il était du métier. Mais nous n'en sommes plus à ces nuances à notre époque qui ne distingue plus armistice (11 Novembre) de capitulation (ou victoire) tous les 8 mai...Encore que cette affirmation "grand militaire" doive sans doute être nuancée. Génie tactique, stratégique...je n'ai jamais rien lu en ce sens. Tout au plus lui attribue t on l'idée d'avoir fait tourner toute l'armée durant les 10 mois que dura Verdun. Il a surtout géré les effectifs et est parvenu à rétablir quelque peu le "moral des troupes".  

Voilà pour l'Histoire, mais ceci n'a aujourd'hui plus aucune importance, en 140 caractères, il faut trouver la punchline, coûte qu coûte. Alors quoi de plus aisé que de se lancer "Pétain=Vichy=Collaboration=Antisémitisme=Déportation donc hommage Macron à Pétain= Macron antisémite" Tous ceux qui jouent à ce jeu sont ridicules ou alors il faudrait qu'ils expliquent les choses autrement, ce qu'ils n'ont pour l'instant pas fait.

Que Macron, en jouant sa partition cherche à récupérer un électorat conservateur voire nationaliste attaché à l'armée et à sa supposée gloire est lamentable.Qu'évoquer la grandeur de Pétain en ces temps où Zemmour cherche à le réhabiliter sur tous les plateaux n'est pas très finaud. De la même façon que Macron a osé passer en revue l'armée en habit militaire, geste autrement plus grave, il aurait été plus souhaitable de sortir de l’ambiguïté, comment commémorer d'un côté les vrais héros, ceux qui ont laissé leur vie, leur âme ou un membre dans les tranchées et en même temps ces galonnés abhorrés par les poilus ?

Que Macron profite de cette cérémonie pour apparaître comme un "vrai Français, patriote, attaché au roman national qui valorise les racines de cette terre de France dans laquelle tant de sang a coulé pour la défendre chèrement" afin de gommer son image d'européïste béat, hors sol, héraut de la finance internationale, ne se souciant pas de la France périphérique montre toute l'étendue de la médiocrité de ses spins doctors.

Voilà ce qu'ils devraient dire, voilà ce qu'ils ne font pas. Ce faisant ils renoncent à la politique pour s'engager dans la récupération mémorielle de la seconde guerre mondiale et tombent en plein dans le piège élyséen. Car les Français ne sont pas si dupes et que Macron aux tréfonds de la popularité peut aisément sortir par le haut de ce faux débat. Comment ? En rappelant l'histoire justement, ce qu'il ne manquera pas de faire. 

Si polémique il devait y avoir autour de cet hommage c'est dans son principe même : ces généraux et maréchaux idolâtrés affublés de titres ronflants et qualifiés de "héros" devraient faire au contraire l'objet d'un sacré aggiornamento mémoriel. De Mangin vantant la "force noire" qu'il fallait placer en première ligne car leurs cris barbares effraieraient l'ennemi à cet imbécile de Nivelle qui pour glâner une étoile supplémentaire à son képi, présida au désastre du chemin des Dames, ou encore tous ceux qui prônèrent "l'offensive à outrance" à découvert de l'été à l'automne 14, ceux qui fusillèrent pour l'exemple...Non décidément pourquoi rendre hommage à ces hommes qui, au delà de leurs fautes, n'eurent même pas le mérite de monter en ligne, se contentant de contempler leurs cartes d'Etat Major à plusieurs centaines de kilomètres du front dans leurs salons cossus. Que l'armée leur rende hommage, cela peut se comprendre, que les pouvoirs civils le fassent est une erreur.

le-president-a-repete-hier-que-la-nation-devait-beaucoup-aux-militaires-a-droite-le-general-francois-lecointre-photos-afp-1500597466

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.