La crise des gilets jaunes révélateur de la faillite médiatique

Si dans les médias mainstram, les actions des gilets jaunes ont reçu un accueil a priori positif, les postures ont bien changé depuis que la dimension révolutionnaire du mouvement a pris le pas sur son côté poujadiste initial. Ou comment les éditorialistes ont changé de camp au moment où ont cessé les accusations d'être un mouvement manipulé par l'extrême droite. Où l'on voit rejaillir les Russes, Bruxelles et la question, totalement farfelue dans ce contexte, de l'immigration.

Souvenez-vous il y a un mois : Qu'étaient médiatiquement les "gilets jaunes" ? Des blaireaux provinciaux, des gens qui ne parlent pas anglais et qui aiment par dessus tout balancer des particules finesdans l'atmosphère. Des contribuables sous le joug de taxes injustes d'un Etat prédateur qui impose trop. Voila qui, de TF1 à BFM, du JDD au Point, permettait de jubiler. Ce mouvement fournira de beaux reportages colorés, on verra des petits commerçants qui nous parleront des "charges accablantes". Ce sera l'occasion pour le gouvernement de redonner un coup de vis libéral supplémentaire, de comprimer une fois de plus les dépenses publiques et d'arrêter une bonne fois avec cette "transition énergétique" dont de Bouygues à Areva, d'EDF à Total, on ne veut plus entendre parler. . Et comme gros benêt, comme dindon de la farce, comme cocu : le gilet jaune.

Il y a trois semaines on entendit les premières analyses un peu plus distanciées, c'est la France périphérique qui se levait en masse (parce que très largement soutenue même si le mouvement n'a pas réussi pour l'instant à dépasser en un jour les 500 000 personnes tout au plus). C'était cette France abandonnée, oubliée. Mais une France qui politiquement reste très difficile à saisir, m'enfin quand même tendance lepeniste. 

Il y a deux semaines la crise s'installe dans la durée, le Président de la République s'est déjà exprimé. Ça commence à devenir ennuyeux cette histoire d'autant plus que nombre de leaders GJ estampillés FN-RN sont invités à sortir des manifs ou des plateaux télés par les GJ eux mêmes. Et puis la tournure des événements à Paris où la foule s'est attaquée aux beaux quartiers du XVIème  et de l'arc de triomphe. Ce n'est pas tant la casse qui les gêne, ça fait vendre des images, ça fait battre les records d'audience, ça permet des prime-time réussis... L'ennui qui commence à transparaître c'est quand on comprend que ceux qui ont cassé ou affronté à la police ne sont pas ...des casseurs, mais des citoyens lambda actifs sans passé judiciaire. Et puis on commence dans les salles de rédactions à recevoir des remontées des revendications des GJ. Stupéfaction ! Même le Monde explique que les revendications des GJ sont à 75% proches du programme de JL Mélenchon. Merde alors. Putain on n'a pas vendu l'idée selon laquelle ce mouvement était manipulé par la France insoumise mais plutôt le FN. Bon on va procéder en deux temps : d'abord reparler de l'ultragauche (manifestement totalement absente des manifs du samedi...Qui a vu un black block jusqu'ici ?) puis remettre en avant peu à peu la question de l'immigration (Je n'ai pas vu un gilet jaune à la télé ou entendu à la radio qui ait évoqué cette question comme principale revendication...) Discréditer celui qui remonte ( Mélenchon) et remettre en selle la mère Le Pen. Problème, elle s'est prononcé contre la hausse du SMIC contre une assemblée constituante... Pas grave patientons.

C'était il y a une semaine. Partout les annonces sécuritaires succèdent aux dérapages policiers. Flashball par ci, grenades par là. Surenchère sécuritaire 89 000 forces de l'ordre le 8 décembre. Les Gilets Jaunes deviennent dangereux. Bruno Jeudi traque "le faux gilet jaune" Ruth Elkrief exulte toute sa rage, Apathie hystérise. Rien ne va plus, le mouvement est incontrôlable, il est divers pluriel insaisissable. Des gens normaux qui refusent de rencontrer le Premier ministre tout de même. De mémoire d'éditocrate on n'a pas le souvenir d'un truc pareil. L' agonie médiatique va de pair avec celle de l'exécutif. Alors vite vite faire passer l'idée que les mesures annoncées par le Président hier sont "sociales", et appeler au retour au calme. Le journaliste militant sur toutes les ondes toutes les chaînes, devenus soudain gilets Vuitton. Patatras les sondages se confirment encore : Non Macron n'a pas convaincu, oui le soutien aux GJ reste largement majoritaire.Côté gouvernement en faisant mine de céder quelques miettes, on rejoue la partition Le Pen en ouvrant un débat sur l'immigration au moment où est signé l'accord de Marrakech. Et bien sûr, pour pimenter le tout,  au moment de la loi contre les "fake news" relater une improbable ingérence russe dans la crise. Rendez-vous compte j'apprends sur France Culture ce matin que des comptes Twitter suspicieux auraient relayé massivement des images (vraies) de violences policières (avérées) afin de créer un effet loupe ! Autrement dit ils feraient sur les réseaux ce que tous les médias traditionnels et d'info continue pratiquent à longueur de journée. Mais quelle abomination ! La différence ? Les grandes chaînes ne relaient pas, ne montrent pas, excusent, remettent dans le contexte les violences policières sur lesquelles elles ne s'attardent pas. En fait les Russes sont devenus responsables de tout ce qui se produit en Europe et en Amérique du Nord. De la victoire de Trump aux gilets jaunes, la Russie maîtrise en fait le monde. Mais c'est qu'il faut sauver Macron parce que sinon...

Sinon quoi au juste si ce n'est la peur du changement, un réorientation de nos institutions vers un modèle plus démocratique et un peuple à nouveau souverain ? "Ah vous me tuez !" me crie Jean Mimi  à l'oreillette "Le peuple quoi ?" hurle-t-il "Mais vous êtes devenus fous !" s'égosille-t-il enfin. Comme dirait Dubosc "ça va trop loin" ou Eric Brunet "Les gilets jaunes je ne les comprends plus", comme Juppé d'ailleurs "les GJ doivent prendre leurs responsabilités" T'en es sûr Alain que c'est ça que tu souhaites ? Qu'ils prennent leurs responsabilités ? Et puis t'as pas l'impression que ça fait déjà un mois qu'ils les ont prises ?

A Bercy, les calculettes tournent...

Je répète

A Bercy, les calculettes tournent

Dans les grandes chaînes de télévision et d'info continue on a voté la reprise du business, as usual, c'est qu'elles ont reportages sur les chalets de Noël à refourguer svp, et puis aussi faut les comprendre, ils bossent sans arrêt là, même plus le temps de faire la liste des courses à la bonniche. Tiens je te propose  une petite enquête sympa pour te détendre, à toi Jean Mimi, à toi Eric, à toi Ruth, ou bien à toi Bruno...elle en pense quoi des gilets jaunes votre "emploi domestique"?  

On me dit à l'oreillette qu'elle ne parle pas français. Ce doit être une erreur.

Euh...pardon ? Quoi ? Moins de taxes pour les télés et les radios ? Ah bon, et c'est confirmé ? Oui oui. Voté ? Oui oui. Décidément il faut sauver le soldat Macron. Comment ? En remettant une louche de Le Pen...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.