Roger Evano
ex-ébéniste, auteur
Abonné·e de Mediapart

93 Billets

3 Éditions

Billet de blog 8 janv. 2015

Pour les musulmans, contre l’islamisme

 Le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo et des deux policiers est un choc extrême qui, au-delà de la solidarité avec les victimes et leurs familles, au-delà de la compassion et de la révolte, doit nous donner à réfléchir. L’irréparable est accompli, il faut ne pas se tromper d’adversaire et prendre la mesure d’un combat mortel.

Roger Evano
ex-ébéniste, auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo et des deux policiers est un choc extrême qui, au-delà de la solidarité avec les victimes et leurs familles, au-delà de la compassion et de la révolte, doit nous donner à réfléchir. L’irréparable est accompli, il faut ne pas se tromper d’adversaire et prendre la mesure d’un combat mortel.

Nous devons riposter à ceux qui considèrent que la liberté d’opinion n’est acceptable que lorsqu’elle ne va pas au-delà de la bienséance. Charlie Hebdo allait plus loin. Parmi ceux qui pleurent aujourd’hui les victimes du massacre, certains dénonçaient leur outrance. Ils allaient même jusqu'à parler de coup de pub pour booster leurs ventes et sortir de leurs difficultés financières en se payant les musulmans. Ils n’avaient pas voulu voir que les caricatures de Mahomet ne visaient pas les musulmans mais les islamistes.

Lorsque Charlie Hebdo fut victime en 2011 d’un attentat qui mit le feu à ses locaux, et détruisit matériel et archives, certains ont pétitionné : « Pour la défense de la liberté d’expression, contre le soutien à Charlie hebdo ». Ce texte contenait entre autres ignominies : «  que Charlie Hebdo, en acceptant la visite intéressée de Claude Guéant, qui incrimine avec empressement des "extrémistes musulmans", en l’absence du moindre élément de preuve, participe, comme il l’a déjà fait dans le passé en publiant des articles ou des dessins antimusulmans, à la confusion générale, à la sarkozisation et à la lepénisation des esprits.

Qu’il n’y a pas lieu de s’apitoyer sur les journalistes de Charlie Hebdo, que les dégâts matériels seront pris en charge par leur assurance, que le buzz médiatique et l’islamophobie ambiante assureront certainement à l’hebdomadaire, au moins ponctuellement, des ventes décuplées, comme cela s’était produit à l’occasion de la première "affaire des caricatures" - bref : que ce fameux cocktail molotov risque plutôt de relancer pour un tour un hebdomadaire qui, ces derniers mois, s’enlisait en silence dans la mévente et les difficultés financières. » (Les Mots Sont Importants http://lmsi.net/Pour-la-defense-de-la-liberte-d)

Ces partisans de la liberté d’expression - uniquement pour des idées qui leur conviennent -ignorent  que la liberté est d’abord le droit à porter la plume où cela fait mal,  le droit aux opinions qui dérangent, le droit à l’outrance,  le droit au blasphème. S’attaquer à cette liberté c’est s’attaquer à la démocratie.

Aujourd’hui la preuve est faite, dans l’horreur, que les journalistes de Charlie Hebdo se battaient pour la liberté tout court et que c’est pour cette liberté qu’ils sont morts. Nous ne l’oublierons pas. Quand aux pétitionnaires, la bassesse qu’ils attribuaient à ces journalistes courageux, était la leur.

Et puis, alors que l’art d’entretenir la confusion s’est développé dans les polémiques récentes,   il nous faut préciser que les racistes, les théoriciens de l’affrontement communautaire, n’ont rien à voir avec ceux qui critiquent légitimement les prétentions religieuses à diriger le monde. Un abîme sépare ceux qui défendent la démocratie et la laïcité des racistes et des fondamentalistes. Les différences d’appréciation sur la crèche Baby Loup ou sur la loi de 2004 sur «  le port des signes religieux ostentatoires à l’école » ne marquent pas le bon clivage. Elles ne renvoient pas les partisans de la loi dans le camp des résurgences fascistes d’un Renaud Camus ou d’un Eric Zemmour, ou ses opposants dans les bras des intégristes musulmans. Nous devons définir le camp de la démocratie, celui où les adaptations des lois à l’apport de la religion et de la culture musulmane, sont pesées à la balance de la laïcité, de la liberté de conscience, de l’égalité des hommes et des femmes et de tous les citoyens.

A vouloir ancrer nos désaccords dans des oppositions religieuses ou communautaires, nous ne ferions que préparer les guerres de demain.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin